Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire : il meurt après avoir bu de l’alcool frelaté

Zangré Aboubacar a perdu la vie de manière étrange. Cet homme âgé de 37 ans a été découvert récemment sans vie à Port-Bouët, une commune d’Abidjan, précisément non loin de l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny.

Publicité

La découverte macabre a été faite par un individu exerçant dans l’entreprise devant laquelle était étendu le cadavre. Si au départ la police a planché sur la thèse de l’assassinat, elle s’est vite ravisée. Comme l’a indiqué le quotidien Soir Info, le défunt ne portait aucune trace de violence. De bouche à oreille, le décès de Zangaré Aboubacar fait le tour du quartier.

Entre temps, les agents de police commis pour le constat d’usage découvrent trois sachets de liqueur frelaté à proximité de la dépouille mortelle. Du coup, les policiers pensent que l’homme serait décédé d’overdose. Les enquêteurs seront confortés dans leur position par le père du défunt.

En effet, celui-ci informé du décès de son fils, révèle que son fils était un incorrigible alcoolique, sa boisson préférée étant l’alcool frelaté. Et pourtant, ce breuvage est interdit de vente par les autorités ivoiriennes. Selon le géniteur de Zangaré Aboubacar, la veille de sa mort, son enfant était ivre à mort. Il avait ingurgité des sachets de liqueur frelaté. Le vieil homme indique que son fils est bel et bien mort d’overdose d’alcool. Zangaré Aboubacar quitte le monde des vivants pour avoir trop forcé sur la dose.

Publicité 2


Conscient du danger que représente l’alcool frelaté pour les populations, le gouvernement  ivoirien a pris une décision interdisant sa vente. Mais malheureusement, cette mesure est foulée aux pieds. Les bistrots, lieu spécialisés dans la vente des sachets de boisson frelatée, foisonnent à tous les carrefours. La jeunesse s’adonne à sa consommation à cœur joie. Notons que les autorités n’ont pas véritablement entamé la phase de répression. Cela laisse l’opportunité aux vendeurs de se faire de l’argent tout en causant la mort des consommateurs. Si rien n’est fait, des morts semblables à celle de Zangaré Aboubacar seront encore enregistrées.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer