À la UneCôte d'IvoireJustice

Côte d’Ivoire/ Pour les avocats de Soro, GPS va poursuivre ses activités politiques

Les avocats de Guillaume Soro contestent vigoureusement la décision des juges d’Abidjan qui ont dissous le mouvement Générations et Peuples Solidaires.

Publicité

Les avocats Me Binsard et Charles Cossigny sont en colère contre le Tribunal Criminel d’Abidjan qui a selon eux fait preuve de partialité dans le procès contre Guillaume Soro et ses compagnons d’infortune. Pour eux, il y a eu en plus plusieurs violations du droit dans ledit procès qui a entériné la dissolution du mouvement GPS. « Parmi ces violations, l’une d’elle porte une atteinte insoutenable à la liberté d’association, à la liberté
d’opinion, et plus largement, au pluralisme politique »
, dénonce les avocats.

Expliquant que « ni le réquisitoire introductif, ni supplétif du procureur de la république, ni l’ordonnance de transmission de pièces du doyen des juges d’instruction à la chambre d’instruction de la Cour d’Appel d’Abidjan, ni l’arrêt de renvoi et de mise en accusation devant le tribunal criminel susdit, n’ont mis en cause le mouvement GPS en qualité de coaccusé et ce, eu égard à l’article 95 de la loi N°2019-574 du 26 juin 2019 portant code pénal », les avocats s’étonnent que GPS soit considéré subitement comme coaccusé.

Le collectif des avocats dit s’insurger « et prend donc à témoin l’opinion nationale et internationale contre l’illégalité de cette mesure judiciaire de dissolution, qui ne repose sur aucune base légale« . Enfin, arguant de l’appel interjeté contre la « décision inique du 23 juin 2021, et des recours internationaux engagés contre celle-ci », les avocats de Soro estime que le mouvement GPS « reste parfaitement en droit de continuer ses activités partout sur le territoire ivoirien, aux côtés de ses mouvements alliés ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page