À la UneAfriqueCôte d'Ivoire
A la Une

Côte d’Ivoire: un journaliste nigérian accuse la police de Bondoukou d’avoir emprisonné injustement une Nigériane

Une commerçante nigériane de 21 ans basée à Bondoukou, en Côte d’Ivoire, Itunu Olajumoke Babalola, aurait été condamnée à 20 ans d’emprisonnement. Les accusations formulées contre elle portent sur un crime commis dans sa maison par le neveu d’un officier de police.

Selon le journaliste nigérian, David Hundeyin, la terrible épreuve d’Itunu a commencé en octobre 2019 après avoir signalé un cambriolage dans son appartement à la police locale.

Hundeyin, qui a partagé le sort de la jeune femme sur Twitter, a déclaré que l’officier de police divisionnaire de Bondoukou avait convaincu Itunu d’abandonner l’affaire après que le cambrioleur présumé ait avoué être son neveu de 14 ans, mais elle a refusé.

Publicité

L’officier de Police a tenté de soudoyer Babalola pour ses objets volés, mais elle était catégorique, voyant une disparité entre la valeur des objets et l’argent offert. Le policier enragé aurait arrangé des accusations montées de toutes pièces contre elle et l’a envoyée en détention.

En septembre 2019, Itunu, 21 ans, une commerçante basée à Bondoukou, en Côte d’Ivoire, s’est rendue au Nigeria pour rendre visite à sa mère malade à Ibadan. À son insu, son retour en Côte d’Ivoire marquerait le début d’une terrible épreuve dans une prison ivoirienne notoire, qui est toujours en cours », a écrit Hundeyin.

Peu de temps avant le départ d’Itunu, son appartement a été cambriolé et des articles d’une valeur de plus de 400 000 cfa ont été volés, y compris sa télévision et sa cuisinière à gaz. Malgré le coup, elle a quand même décidé de voyager après avoir signalé l’incident à la police. Elle est revenue  de son voyage en octobre 2019.”

À son retour, elle a été informée par un locataire que le voleur avait été identifié. Le voleur s’est avéré être un garçon de 14 ans qui vivait à proximité. Son père embarrassé s’est excusé et a admis que son fils était un  voleur habituel, les articles avaient déjà été vendus.”

“Itunu a signalé cela à la police qui lui a dit de revenir le mardi 5 novembre 2019. Le rendez-vous a eu lieu le mercredi 6 novembre. Là-bas, raconte-t-elle, l’officier de police divisionnaire l’a informée que le suspect était en fait son neveu.  Il lui a ensuite offert un règlement d’une valeur d’environ 100 000 nairas (environ 140 000 cfa) pour abandonner l’affaire.”

Elle a refusé le règlement, invoquant la disparité entre la valeur des objets volés et ce qui était offert. Ensuite, dit-elle, le policier visiblement enragé a tout essayé pour la forcer d’abandonner l’affaire, notamment en l’intimant de se rendre à Abidjan pour un rendez-vous avec la police. »

Hundeyin a poursuivi en disant que même lorsque Itunu a embauché un avocat, la police s’est assurée de faire échouer ses plaintes en refusant de coopérer avec l’avocat.

Frustrée, elle est rentrée chez elle à Bondoukou. Vers 17 heures le lendemain, un convoi de véhicules de police s’est présenté devant sa maison et l’a arrêtée publiquement. En arrivant au poste, elle a été accusée de vol – le vol de ses propres articles . Elle a passé les 4 jours suivants en garde à vue, après quoi elle a été emmenée hors de sa cellule”.

Pour une raison quelconque, malgré la mauvaise foi manifeste de la police ivoirienne, Itunu dit qu’elle a rejeté l’offre et a choisi d’aller plutôt au tribunal. Elle dit avoir ensuite entendu un officier dire » Elle est une Nigériane?  Elle mourra ici! »)

“La décision de saisir le tribunal s’est avérée être une erreur de jugement monumentale, aggravée par sa propre naïveté à l’égard du système judiciaire ivoirien. Le tribunal (francophone) ne lui a pas permis une représentation juridique adéquate ou lui donner une chance d’exprimer correctement sa volonté », a-t-il ajouté.

Il a été rapporté qu’Itunu avait été rapidement reconnue coupable et condamnée à 20 ans d’emprisonnement.

Publicité 2

Compliquant cette situation, elle a décidé de s’identifier au tribunal sous le nom de ‘Becky Paul’. Elle dit qu’elle a fait cela pour éviter que son nom de famille ne soit mêlé à de mauvaises nouvelles et potentiellement bouleversé sa mère âgée.”

“En conséquence, depuis un an et quatre mois qu’elle a été condamnée, Itunu alias ‘Becky Paul’ est devenue, à toutes fins utiles, une détenue oubliée de la célèbre Maison d’arrêt et de correction de Bondoukou.”

“Lorsque ses amis nigérians en Côte d’Ivoire ont approché l’ambassade du Nigeria à Abidjan pour lui fournir une assistance consulaire dans son cas, les autorités auraient demandé 400 000 N pour lui obtenir un passeport avant que quoi que ce soit ne puisse être fait.”

Elle dit qu’elle a épuisé toutes ses économies au cours de l’année écoulée, dépensant bien plus d’un (1) million de nairas pour essayer de blanchir son nom tandis que le système judiciaire ivoirien ainsi que les responsables de la prison s’entendent pour gâcher tous ses efforts.  Elle a perdu espoir et a tenté de se suicider à deux reprises. « 

Hundeyin a appelé les autorités compétentes à aider à libérer Itunu car elle est déprimée.

Elle a perdu espoir et elle a tenté de se suicider à deux reprises. Il s’agit d’un appel en faveur d’une femme nigériane innocente coincée dans une prison étrangère hostile après avoir été mise en place par des fonctionnaires corrompus pour couvrir un crime commis par le neveu d’un policier ivoirien »,  A écrit Hundeyin.

Côte d’Ivoire: un journaliste nigérian accuse la police de Bondoukou d’avoir emprisonné injustement une Nigériane
Côte d’Ivoire: un journaliste nigérian accuse la police de Bondoukou d’avoir emprisonné injustement une Nigériane
Côte d’Ivoire: un journaliste nigérian accuse la police de Bondoukou d’avoir emprisonné injustement une Nigériane
Côte d’Ivoire: un journaliste nigérian accuse la police de Bondoukou d’avoir emprisonné injustement une Nigériane
Côte d’Ivoire: un journaliste nigérian accuse la police de Bondoukou d’avoir emprisonné injustement une Nigériane

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page