Cameroun

Crise anglophone : Des gendarmes mis aux arrêts. La raison !

Ils sont au nombre de deux, les gendarmes qui méditent désormais sur leur sort à la prison militaire de Yaoundé. En mission dans la région du Nord-Ouest, les deux gendarmes auraient gravement violé les consignes qui leur avaient été données lors des opérations militaires en zone anglophone.

Plusieurs sources locales indiquent que les deux gendarmes sont accusés d’avoir commis et filmé des violences contre des civils.

L’on se souvient de la scène filmée par l’un des gendarmes où on y voyait un homme  présenté comme le général des sécessionnistes de l’Ambazonie. L’individu était couché à même le sol dans une flaque d’eau, les mains et les pieds attachés. Il recevait des coups de temps en temps pendant qu’un autre gendarme montait sur sa tête ou sur son thorax pour lui créer le plus de douleurs possible. L’homme était devenu inerte à la fin de la vidéo.

Publicité

Cette vidéo a fait le tour des réseaux sociaux en début juin et elle avait suscité l’indignation générale. Le ministère de la Défense avait annoncé l’ouverture d’une enquête sur cette affaire, expliquant qu’il s’agissait d’une scène d’interrogatoire qui s’était mal déroulée, parce que l’individu avait tenté de se défendre. Les gendarmes en question aurait également été placés en détention.

D’autres éléments des forces de sécurité et de défense sont gardés dans des prisons à Yaoundé pour diverses bavures. Les enquêtes sont ouvertes après dénonciation de quelques victimes ou des organisations telles que Amnesty international.

crédit photo:  camerbe

Tags

Oscar Mbena

Bonjour, je suis Oscar MBENA. Je vous invite à lire mes articles sur l'actualité politique, les faits de société, le sport, la santé et la culture.   oscarborel@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer