À la UneSport

Diego Maradona: voici les substances découvertes par les médecins dans son sang au moment de sa mort

Diego Maradona est décédé en novembre, mais les analyses de sang et d’urine ont montré qu’il n’avait pas d’alcool ni de drogues illégales dans son organisme.

Contrairement à ce que plusieurs pensaient, l’Argentin n’avait aucune trace d’alcool ou de drogues illicites dans son sang et ses urines lorsqu’il est mort, rapporte Mirror.

Publicité

Mais il souffrait de graves problèmes cardiaques, hépatiques et rénaux. Et les analyses de sang et d’urine effectuées après une autopsie suite au décès de la star du football le 25 novembre ont révélé un cocktail de médicaments sur ordonnance comprenant de la quétiapine, de la venlafaxine et du levetiracetam.

Certains de ces médicaments avaient déjà été cités comme faisant partie de ceux que l’ancienne star de Naples et de Barcelone aurait pris avant sa mort prématurée dans sa maison près de Buenos Aires, suite à une opération de coagulation du sang dans le cerveau.

La quétiapine est utilisée pour traiter les troubles d’humeur, notamment la dépression, la schizophrénie et le trouble bipolaire.

L’antidépresseur Venlaxfaxine est parfois utilisé pour traiter les crises de panique. Le lévitiracetam appartient à une classe de médicaments appelés anticonvulsivants et est utilisé avec d’autres médicaments pour traiter l’épilepsie et essayer de diminuer le nombre de crises.

Le médicament Ranitidine a également été détecté. Il est utilisé pour les indigestions et les brûlures d’estomac, mais n’est pas disponible actuellement au Royaume-Uni et fait l’objet d’une enquête en cours pour savoir si certains ingrédients peuvent augmenter le risque de cancer.

Bien que certains des médicaments trouvés dans son système puissent provoquer de l’arythmie, les tests ont confirmé qu’il n’y avait aucune preuve que Maradona recevait des médicaments pour la maladie cardiaque dont il souffrait.

L’état de santé catastrophique du footballeur retraité a été mis en évidence dans le rapport établi à la suite des tests toxicologiques de suivi, qui montre que Maradona souffrait d’une cirrhose du foie, une maladie rénale appelée nécrose tubulaire aiguë qui peut entraîner une insuffisance rénale aiguë, une maladie des artères coronaires et une fibrose myocardique.

Il avait déjà été signalé que son cœur pesait 503 grammes, soit presque le double d’un cœur normal pour un homme de son âge.

Diego avait déjà été déclaré mort vers midi le 25 novembre. Les premiers résultats de l’autopsie ont révélé que le cocaïnomane en convalescence, qui avait également des problèmes d’alcool, avait souffert d’une insuffisance cardiaque qui avait provoqué un œdème pulmonaire.

Publicité 2

L’œdème pulmonaire, c’est-à-dire l’accumulation de liquide dans les tissus pulmonaires et les espaces aériens, est causé par des problèmes cardiaques dans la plupart des cas.

Les procureurs de l’État mènent actuellement une enquête sur la mort de Diego pour tenter d’établir s’il a été victime de soins de qualité inférieure après avoir quitté l’hôpital environ deux semaines plus tôt à la suite de son opération de coagulation du sang dans le cerveau.

Le médecin personnel de l’ancien footballeur, Leopoldo Luque, a fait l’objet d’une perquisition à son domicile et à son bureau et ses biens, dont un ordinateur et un téléphone portable saisis il y a environ trois semaines.

Crédit photo : dailymail

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page