Sport
A la Une

Elim CDM 2022/ Voici les trois raisons qui ne plaident pas en faveur de Baumelle

Le sélectionneur national des Eléphants, Patrice Baumelle, est sur la sellette.

Patrice Baumelle est porté à la tête de l’encadrement technique des Eléphants en mars 2020. Objectivement, au football, vingt mois d’exercice sont largement suffisants pour apprécier le bilan d’un entraineur ou d’un sélectionneur.

De mars 2020 à novembre 2021. Sous la conduite du technicien français, l’équipe nationale a disputé au total 14 matches repartis entre les éliminatoires pour la Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2021), les qualifications pour la Coupe du Monde 2022 et les rencontres amicales : Les résultats se présentent comme suit : 8 victoires, 4 nuls et 2 défaites : 22 buts marqués, 9 buts encaissés. Ce bilan est moyen, en dépit de la qualification pour la CAN 2021. Seule la victoire face au Cameroun à l’aller (2-1) à Abidjan, est probante.

Toutefois, la défaite(0-1) devant ce même adversaire et les prestations décevantes face à d’autres sélections de calibre sérieux comme la Belgique(1-1), le Japon(0-1) et le Ghana(0-0) refroidissent toute velléité euphorique. Ce bilan ne saurait donc plaider en faveur d’un maintien de Patrice  Baumelle à la tête des Eléphants.

Ce d’autant plus que le technicien français a brillé par son inconstance dans ses choix tactiques et ses principes de jeu.

Depuis sa prise de fonction, Patrice Baumelle n’est pas fidèle à un style de jeu. Il n’y a jamais eu avec lui de match référence. Tantôt en 4-3-3 ou en 3-4-3, Patrice Baumelle a montré son inconstance dans ses schémas tactiques, parfois dans le positionnement des joueurs.


Pour preuve, la position de Cornet dans le rôle de piston à Douala contre le Cameroun. Tantôt à gauche mais plus à droite, Maxwell Cornet ne sait jamais senti à l’aise dans le jeu.

En plus de la versatilité dans le principe de jeu, Patrice Baumelle a laissé entrevoir beaucoup de doutes sur ses méthodes managériales. Sa nostalgie des « héros de 2015 » au point de leur faire des faveurs a été pointée du doigt à plusieurs reprises. Ses choix et certainement le discours qu’il a tenu ont refroidi plusieurs joueurs à l’idée de venir en sélection.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page