Afrique

Afrique: Ces enfants de présidents qui sont au cœur de scandales judiciaires

Pour plusieurs, être fils de président en Afrique a été une véritable malchance. En effet, ils sont plusieurs, ces enfants de présidents qui ont aujourd’hui des grands démêlés avec la justice. AfrikMag vous propose un dossier sur ces anciens privilégiés aujourd’hui traqués par la justice.

 

  • Afrique du Sud : Duduzane Zuma

    Afrique: Ces enfants de présidents qui sont au cœur de scandales judiciaires

Il y a neuf ans environ, à 26 ans, Duduzane Zuma intégrait le conseil d’administration d’une entreprise de la famille Gupta. Cette ascension coïncida avec l’élection de Jacob Zuma à la tête de l’ANC.

Publicité

Alors que son père échappait en Août dernier à une motion de défiance, c’est au tour de Duduzane Zuma d’affronter la justice. En effet, il est accusé de corruption par la société civile de racket, extorsion et fraude sur la base de ses liens avec la famille Gupta. Cette famille indienne aurait, par l’intermédiaire du fils de Jacob Zuma obtenu plusieurs marchés publics.

Aussi, Duduzane vit-il à Dubaï sans se préoccuper de la justice sud-africaine.

 

  • Guinée équatoriale : Teodorin Obiang

    Afrique: Ces enfants de présidents qui sont au cœur de scandales judiciaires

Il est le fils aîné de Teodoro Obiang Nguéma. Il est éclaboussé par l’un des scandales les plus retentissants dit scandale « des biens mal acquis ». En effet, les chefs d’accusation retenus contre Teodorin sont : blanchiment d’argent, abus de biens sociaux, détournement de fonds publics, abus de confiance et corruption.

Teodorin Obiang s’est constitué un très grand patrimoine en France avec entre autres des voitures de luxe, des objets d’art et un immeuble dans l’un des quartiers les plus huppés de Paris. Vraisemblablement, sa fortune personnelle s’élève à 107 millions d’euros. Le procès a pour but de déterminer l’origine de son enrichissement. Le verdict est attendu le 27 octobre.

 

  • Congo-Brazzaville : Julienne Sassou-Nguesso

    Afrique: Ces enfants de présidents qui sont au cœur de scandales judiciaires

Une autre fille de président au cœur du scandale des « biens mal acquis ». Julienne Sassou-Nguesso, la fille de l’actuel dirigeant congolais Denis Sassou-Nguesso, et son mari ont été mis en examen fin juin 2017. La justice s’interroge notamment sur l’acquisition par le couple en 2006, d’un hôtel à Neuilly Sur Seine via une société civile immobilière (SCI) . À cette acquisition, s’ajoutent d’importants travaux d’une valeur de plus de 5 millions d’euros.

 

  • Sénégal : Karim Wade

    Afrique: Ces enfants de présidents qui sont au cœur de scandales judiciaires

En mars 2015, Karim Wade a été condamné à six ans d’emprisonnement et 210 millions d’euros d’amende par une juridiction spéciale, la (CREI). Il était accusé d’avoir illégalement acquis un patrimoine estimé à 178 millions d’euros quand il était aux côtés de son père. Il a été gracié en Juin 2016 par l’actuel président Macky Sall après trois années de détention à Dakar. Libéré, il vit actuellement au Qatar.

 

  • Centrafrique : Jean-Francis Bozizé

    Afrique: Ces enfants de présidents qui sont au cœur de scandales judiciaires

Son père a été chassé du pouvoir par la rébellion Séléka en 2013.  Jean-Francis fait l’objet depuis lors d’un mandat d’arrêt international. Délivré par la justice centrafricaine ce mandat vise : “torture, détournement de deniers publics, complicité d’assassinat et association de malfaiteurs”.

Publicité 2


Il s’était installé en France jusqu’à son retour sur le territoire centrafricain en août 2017. Ensuite, il a très vite été placé sous contrôle judiciaire. Il se trouve toujours en Centrafrique.

 

  • Égypte : Gamal et Alaa Moubarak

    Afrique: Ces enfants de présidents qui sont au cœur de scandales judiciaires

Gamal et Alaa Moubarak, les fils de Hosni Moubarak ont été accusés d’avoir détourné avec leur père 10 millions d’euros destinés à l’entretien des palais présidentiels. Ils avaient ensuite tous trois été condamnés par la Cour d’Appel à une peine de trois ans d’emprisonnement. Puis, ils devaient payer une amende de 125 millions de livres égyptiennes.

Plus tard, les deux fils de Hosni ont été relâchés. L’argument de la justice était que le temps qu’ils avaient passé derrière les barreaux en détention provisoire depuis la révolte de 2011 couvrait leur peine.

Tags

Eunice Kouamé

Je suis Eunice KOUAME, une jeune femme passionnée de lecture, de développement personnel et de relations humaines en général. J'aime voyager, rigoler, cuisiner et surtout écrire. Vous pourrez consulter mes articles dans les rubriques conseils, couple, relations, actualités, inspiration, politique et chroniques( mon nouveau bébé ;) ) eunice.kouame@afrikmag.com

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer