USA

États-Unis : il se fait passer pour un prince ghanéen et escroque 800 000 dollars

Daryl Attipoe, un homme résidant aux États-Unis et se faisant passer pour le fils adoptif d’une famille royale ghanéenne, est aux prises avec la justice pour avoir escroqué 800  000 dollars à ses victimes.

L’accusé, 44 ans, a été traîné devant le tribunal de district américain de Dayton, dans l’Ohio, pour avoir prétendument escroqué de nombreuses personnes de plus de 800 000 dollars. Selon un rapport de l’organisation américaine d’information financière et économique Zero Hedge, Daryl a mis en place un faux système d’investissement et a siphonné l’argent des particuliers pour son usage personnel.

Les enquêteurs de l’État ont découvert qu’il porte plusieurs noms, notamment « Prince Daryl Attipoe », « Prophète Daryl Attipoe » et « Daryl Robert Harrison ». Selon les enquêteurs, il n’a aucune source de revenu, mais il mène un style de vie somptueux. Il a été décrit par les procureurs comme un « escroc » classique qui gère un faux système d’investissement.

Les procureurs de l’État américain ont révélé au tribunal que Daryl et son beau-père, Robert S. Harrison Jnr, ont utilisé les fonds pour acheter des billets d’avion, des voitures de luxe, des chambres d’hôtel, des voyages en Afrique, des voitures de location. Daryl vivrait dans une maison de 5 100 pieds carrés à Parker, dans le Colorado, avec sa femme et ses six enfants. Il possède également une voiture de sport Dodge Viper rouge et une Mercedes-Benz.

Lire aussi: Etats-Unis/ Un Nigérian risque 621 ans de prison: comment il a escroqué 30 millions de dollars

Son avocat, Christopher Deal, a déclaré au tribunal que les plans d’investissement de son client n’étaient pas frauduleux, mais légitimes, et a imputé à une série de « revers imprévus », tels que la pandémie de coronavirus, l’incapacité de son client à tenir ses promesses d’investissement. L’avocat de Daryl a également déclaré à la cour que son client est véritablement un « prince », car une famille royale ghanéenne l’a « adopté ».

Lire aussi:États-Unis : un Américain de 67 ans se fait passer pour un « prince nigérian » pour escroquer

Les procureurs américains ont déclaré aux jurés que les activités frauduleuses présumées de Daryl ont commencé en 2014 lorsque son beau-père a enregistré deux sociétés dans l’Ohio, une organisation à but non lucratif appelée Power House of Prayer Ministries et une entreprise à but lucratif appelée New Max Groups. Puis en 2015, Daryl a commencé à solliciter des investissements pour New Max Groups.

Lors de son témoignage, l’une des victimes présumées de Daryl, Peggy Braun, 58 ans, a déclaré aux jurés qu’elle avait placé toutes ses économies dans le système de Daryl. Elle a déclaré à la cour que Daryl la poussait sans cesse à investir, lui promettant à chaque fois qu’il lui ferait « beaucoup d’argent ».

Braun a déclaré qu’elle voulait augmenter ses contributions aux fonds d’études et aux œuvres de charité de ses enfants, et qu’elle a donc accepté les propositions de Daryl. Elle a déclaré que même si elle n’était pas sûre du plan d’investissement, Daryl avait toujours un moyen de la rassurer.


Selon le témoignage de Braun, elle a d’abord proposé d’investir 50 000 dollars, un montant qui a fait railler Harrison, qui voulait 400 000 dollars d’elle. Après avoir persuadé Braun de signer un accord l’engageant sur ce montant, Harrison a émis un « certificat de propriété », mentionnant le nom de Braun, daté du 7 novembre 2017, et « K4 Roland Shaft », faisant prétendument référence à l’emplacement d’une mine de chrome. Un autre document fixe la valeur de la mine à 650 millions de dollars. Cet investissement était censé commencer à générer 25 000 dollars par mois pour Braun ; Harrison a promis qu’elle serait remboursée de ses 400 000 dollars dans les deux ans, dit-elle.

Après avoir fait connaissance avec Harrison, ils se sont rencontrés dans un restaurant chinois près de son épicerie. Au restaurant, Daryl faisait signer à Braun divers accords. Ils discutaient d’affaires, notamment de la mine de chrome, d’une mine de diamants et d’investissements immobiliers. Daryl a également appelé et envoyé des SMS à plusieurs reprises à Braun pour la persuader de verser plus d’argent.

À un moment donné en 2019, Harrison a fait signer à Braun un contrat de 100 000 dollars pour une mine de diamants, qui était censé lui rapporter 10 000 dollars par mois. Braun a déclaré qu’elle avait barré le texte qui aurait donné à Harrison le pouvoir de gérer ses actions et ses actifs restants sur ce papier.

Même si ses soupçons grandissaient à mesure que le temps passait et que l’argent ne coulait pas à flots, Braun a fini par donner à Harrison un total de 553 500 dollars. Le procès de Daryl a commencé le 6 septembre 2022, pour 16 charges fédérales. Le procès se poursuit le 6 décembre 2022, selon le rapport de Zero Hedge.

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !!