Afrique

Éthiopie/coup d’État manqué : Le chef de l’armée tué par son garde du corps

L’échec d’un coup d’État dans le nord de l’État régional d’Amhara, au nord de l’Éthiopie, a entraîné la mort de quatre personnes, dont le chef d’état-major de l’armée et le chef d’une région importante, a confirmé dimanche le bureau du Premier ministre Abiy Ahmed.

L’incident a commencé samedi soir à Bahir Dar, la capitale d’Amhara, où le président de la région Ambachew Mekonnen et le conseiller du gouvernement régional d’Amhara, Ezez Wassie, ont été tués par balles.

Publicité

Le procureur général de la région, Migbaru Kebede, a été grièvement blessé et suit actuellement un traitement médical, a indiqué le bureau du Premier ministre.

Pendant ce temps, à Addis-Abeba, la capitale du pays, le chef d’Etat-major de l’armée, le général Seare Mekonnen, et le général de division à la retraite Gezai Abera ont été tués au domicile de M. Mekonnen par son garde du corps, indique la déclaration.

Le chef d’Etat-major de l’armée, le général Seare, coordonnait une réponse à l’attaque d’Amhara quand il a été tué, a déclaré l’attaché de presse du Premier ministre Billene Seyoum à CNN dimanche.

Abiy attribue la tentative de coup d’État à un général de brigade nommé Asaminew Tsige et à d’autres. Tsige est le chef du Bureau de la paix et de la sécurité du gouvernement régional depuis qu’il a été amnistié et libéré de prison l’année dernière.

La situation dans l’Amhara – situé au nord-ouest de l’Éthiopie et l’un des neuf États régionaux du pays – est maintenant entièrement sous le contrôle du gouvernement fédéral, a ajouté la déclaration.

Le Premier ministre « transmet ses plus sincères condoléances et ses condoléances à la famille et aux amis du défunt », pouvait-on lire.

Vêtu d’une tenue militaire, le Premier ministre Abiy a assuré au public, lors d’une conférence de presse télévisée samedi, que l’échec du coup d’État n’avait « pas été commis par un groupe ethnique mais par des individus malintentionnés ».

Il a appelé « tous les Éthiopiens, armés et non armés » à se tenir aux côtés du gouvernement et à fournir des informations pour « défendre l’unité de notre pays ».

« Une tentative similaire a été commise l’année dernière en juin, mais nous l’avons surmontée avec succès », a déclaré M. Abiy en référence à une attaque à la grenade lors d’un rassemblement auquel il a assisté en 2018.

Publicité


Samedi, l’ambassade des États-Unis à Addis-Abeba a lancé une alerte de sécurité en déclarant qu’elle était au courant des coups de feu tirés dans la capitale, ainsi que des violences à Bahir Dar et dans ses environs.

crédit photo: france24

Tags

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer