Divers

Argentine: il retient sa fille comme esclave sexuelle pendant 22 ans et l’engrosse 8 fois

Un Argentin, reconnu coupable pour avoir gardé sa fille comme esclave sexuelle pendant 22 ans a été condamné à 12 ans et huit mois de prison pour violences sexuelles et inceste.

Dominique Bulacio, âgé de 56 ans retenait sa fille en otage et l’avait violée à plusieurs reprises. Au cours de ces 22 années de souffrance, huit enfants sont nés.

Publicité

Sa fille a témoigné qu’il l’avait transformée en esclave sexuelle à l’âge de sept ans, lorsque sa mère a quitté la maison.

« Je n’étais pas la seule, certains de ses proches faisaient la même chose avec leurs sœurs et leurs filles », a déclaré la victime, âgée aujourd’hui de 30 ans, au journal El Liberal après le procès.

Bulacio a été arrêté en janvier 2016 quand la fille a dénoncé son père aux médecins de l’hôpital de Las Termas de Rio Hondo. Incarcéré, il a réussi à s’échapper et s’est réfugier chez ses parents dans la ville de Loreto. Il a à nouveau été arrêté et placé en détention à Santiago del Estero.

Lors de son procès, le « monstre de la Villa Belnera » comme on l’a surnommé, n’a montré aucun signe de regret lors de l’annonce du verdict.

Un test ADN a prouvé qu’il est le père des huit enfants de sa fille. Six ont été gardés dans une maison d’enfants et les deux autres ont été autorisés à rester avec leur mère.

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

2 commentaires

  1. Mais quelle horreur, c’est ta fille!!!!! Ton propre sang, comment un homme adulte et responsable peut il faire ça.

  2. Cessez de prendre les faits grave comme insolite AfrikMag, ce d’homme ,vaut une punition sévère y compris tous ceux qui le font

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page