À la UneFootballSport

 »Ce n’est pas un tournoi important »: Un footballeur nigérian accuse son club de liga de l’avoir écarté à cause de la CAN

Le milieu de terrain des Super Eagles du Nigeria, Kelechi Nwakali, accuse son club espagnol, le SD Huesca, d’avoir résilié son contrat parce qu’il a joué pour son pays le Nigeria à la CAN au Cameroun.

Rappelons que Huesca a annoncé mardi que le contrat de Nwakali était résilié sans donner de motif de résiliation.

Réagissant à son licenciement, Nwakali a publié mercredi une déclaration dans laquelle il accusait le directeur sportif du club, Ruben Garcia, d’être le cerveau derrière le licenciement. Il a également affirmé que ses problèmes avec le club avaient commencé après avoir été invité dans l’équipe des Super Eagles pour la Coupe d’Afrique des Nations au Cameroun, mais Garcia lui a demandé de refuser l’invitation car ce n’était « pas un tournoi important ».

Nwakali a également accusé le club « d’avoir abusé de son pouvoir pour me forcer à signer un nouveau contrat ».

« Le directeur sportif du club, Ruben Garcia, m’a mis une pression extrême pour que je n’aille pas à la CAN parce que « ce n’est pas un tournoi important« , écrit celui qui avait été désigné meilleur joueur de la Coupe du monde U17 en 2015 devant son compatriote Victor Osimhen. Il m’a dit que si j’allais à la CAN, je ne rejouerais plus pour Huesca. Ce comportement et ce manque de respect envers mon pays, le Nigeria, étaient vraiment difficile à vivre et ce n’était que le dernier exemple de la manière dont le club tentait de m’intimider pour que je suive sa propre voie ».

La déclaration se lit comme suit :

C’est avec un immense regret que j’écris ce message après que SD Huesca a annoncé la résiliation de mon contrat. J’ai gardé le silence par respect pour les supporters de Huesca et mes coéquipiers, mais je ne souffrirai plus en silence. Le temps est venu pour les gens de connaître la vérité et pourquoi ces derniers mois ont été terribles pour moi et ma famille. En décembre 2021, j’ai vécu le plus grand honneur de ma vie après avoir reçu un appel international complet pour mon Nigeria bien-aimé. Mais la joie de ce moment s’est rapidement effondrée lorsque le directeur sportif du club, Ruben Garcia, m’a mis une pression extrême pour que je n’aille pas à la CAN car ce n’était « pas un tournoi important ». Il m’a dit que si je vais à la CAN, je ne rejouerai plus pour Huesca. Ce comportement et le manque de respect envers mon pays, le Nigeria, étaient vraiment déchirants et ce n’était que le dernier exemple du club tentant de m’intimider pour que je fasse ce qu’il veut. Pendant des mois, le club a abusé de son pouvoir pour me forcer à signer un nouveau contrat. Ces tactiques ont consisté à me payer en retard à de nombreuses reprises.  La rupture des négociations est survenue lorsque ma mère est tombée malade et j’ai demandé à Ruben le salaire que le club me devait déjà afin de payer la facture d’hôpital et le traitement de ma mère. Ruben Garcia a répondu à ma demande en disant « Signez ce nouveau contrat et nous vous paierons ce qui vous est dû ce soir ». Mais malgré ces actions, je n’allais pas permettre au club de m’empêcher de représenter mon pays à l’un des plus grands tournois internationaux du monde et j’ai été honoré de rejoindre mes coéquipiers au Cameroun. Avant le dernier match du Nigeria contre la Tunisie le 23 janvier 2022, j’ai commencé à me sentir mal et on m’a diagnostiqué une infection des voies respiratoires. En conséquence, je n’étais pas assez en forme pour jouer le match contre la Tunisie. Après avoir été éliminé du tournoi, je n’ai pas pu retourner au club immédiatement comme prévu à cause de ma maladie suite aux conseils du médecin. Puis, le dernier jour du marché des transferts (31 janvier 2022) alors que j’étais en train de retourner rejoindre mes coéquipiers à Huesca, Ruben Garcia m’a téléphoné pour me dire que je devais quitter le club suite à une offre tardive en provenance d’un autre club de la Liga 2. Il a menacé de ne pas me payer si je ne quittais pas le club. L’option qui m’a été donnée était de partir ou nous ouvrirons une action disciplinaire. Avant le 31 janvier, le club ne m’avait jamais dit qu’il voulait me laisser partir en janvier et ce n’était pas une décision que je pensais être la bonne pour moi à l’époque. Après mon retour au club le 1er février, Ruben Garcia et les avocats du club ont ouvert une procédure disciplinaire à mon encontre, me suspendant de l’entraînement et m’interdisant le terrain d’entraînement. En conséquence, j’ai dû demander l’aide de l’Union espagnole des footballeurs (L’AFE) qui ont été dans un différend en cours avec Huesca. Après plus d’un mois, le club m’a autorisé à retourner sur le terrain d’entraînement mais m’a forcé à m’entraîner seul et ne m’a pas autorisé à utiliser les installations ou à recevoir des soins des kinés du club. Pendant tout ce temps, Huesca n’a pas payé mon salaire, mais je suis resté silencieux en espérant qu’une solution raisonnable puisse être trouvée. Mais hier, quand je suis arrivé sur le terrain d’entraînement, un membre du club a essayé de me forcer à signer des papiers de résiliation mutuelle, ce que j’ai refusé de faire.  J’ai une famille qui dépend de moi et aucun joueur ne devrait subir ce traitement inhumain. Je ne regretterai jamais ma décision de représenter le Nigeria et tout ce que je veux, c’est recommencer à pratiquer le sport que j’aime.

Enfin, je tiens à remercier les fans et mes coéquipiers de Huesca qui ont été incroyables pendant mon séjour ici.  J’ai toujours donné 100% pour le club, malgré mon traitement au cours des 3 dernières années.”

Huesca dément et menace

La formation de 2e division dément fermement les propos de Kelechi Nwakali : « Le club tient à exprimer son rejet total de leur manque de véracité, le tout avec la conviction totale que le club a agi à chaque instant avec le plus grand respect pour le joueur. Si bien que, compte tenu de la gravité de certaines des déclarations faites dans le communiqué [de Kelechi Nwakali, Ndlr], le club se réserve l’exercice de toutes les actions qu’il jugera appropriées pour la défense de ses droits et intérêts légitimes. »

De son côté, Kelechi Nwakali a le soutien du syndicat espagnol des footballeurs (AFE). « L’AFE estime qu’avec la résolution unilatérale adoptée par le club, les droits du travail de Kelechi Nwakali ont été clairement violés », souligne un communiqué…


Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page