Nigeria
A la Une

Goodluck Jonathan aux politiciens : « Cessez les tueries pour avoir le pouvoir »

L’ancien président Goodluck Jonathan a demandé samedi aux politiciens nigérians de cesser les tueries à cause de leur soif pour le pouvoir.

M. Goodluck Jonathan s’exprimait après les violences qui ont suivi les récentes élections législatives dans les États de Bayelsa et de Kogi, ainsi que dans d’autres pays africains.

Publicité

Dans son discours samedi lors de la 17e convocation de l’Université Igbinedion, Okada, État d’Edo, où il a reçu un doctorat honorifique, l’ancien dirigeant nigérian a déclaré que les politiciens africains ont remplacé « systématiquement » le coup d’Etat militaire par le « coup d’Etat civil. »

« Ce qui s’est passé lors des dernières élections dans mon État, Bayelsa et Kogi, où une femme a été brûlée vive dans sa maison, est un incident qui ne devrait se produire dans aucune société normale. Il y a quelque chose qui cloche fondamentalement dans notre système politique.

« J’exhorte les hommes politiques à mettre fin aux tueries des civils, à la destruction des propriétés parce qu’ils veulent obtenir le pouvoir.

« Pas plus tard qu’hier (vendredi), dans un pays africain, nous discutions de la politique de notre continent. La plupart d’entre nous étaient d’anciens chefs d’État, présidents et vice-présidents.

« Au vu du climat politique africain, le coup d’État militaire laisse de plus en plus place au coup d’État civil et cela ne peut pas soutenir le continent. »

Crédit photo : thepledge

Tags

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer