Technologie

Technologie: Instagram, pire réseau social pour la santé mentale des jeunes, selon une étude. Explications

Instagram est-il dangereux pour les utilisateurs? A cette question, un rapport publié le 19 mai dernier, par la Société royale de santé publique (The Royal Society for Public Health) et le Mouvement pour la santé des jeunes (Young Health Movement) situe les uns et les autres. Selon les auteurs de ce rapport, le réseau social peut s’avérer dangereux sur la santé mentale des jeunes.

L‘étude en question s’est appuyée sur le témoignage de 1 479 personnes âgées de 14 à 24 ans. A ces personnes, il leur a été demandée  d‘évaluer, à partir de quelques mots-clés “solitude”, “dépression”, “anxiété”, “insulte”, “création de l’image extérieure”, des réseaux sociaux que sont Facebook, Snapchat, Instagram, YouTube ou encore Twitter.

Suivant cette méthode de notation, Instagram et Snapchat ont obtenu les plus mauvais scores, et YouTube paraît être le réseau dont l’impact est le plus positif sur le cerveau des jeunes. Dans ce classement, arrive, Twitter et Facebook. En revanche, Instagram et Snapchat le sont moins.

«il est intéressant de constater qu’Instagram et Snapchat remportent les moins bonnes notes concernant la santé et le bien-être mental : les deux plateformes sont basées sur l’utilisation des images, et il semblerait qu’elles sont susceptibles de procurer un sentiment d’inadéquation et de l’anxiété aux jeunes», explique  Shirley Cramer, la directrice générale de la Société royale de santé publique, jointe par la BBC,

A en croire la directrice Shirley Cramer, “les réseaux sociaux en termes de dépendance sont plus dangereux que les cigarettes et l’alcool ».

L’organisation se veut prévenante, “les réseaux sociaux en termes de dépendance sont plus dangereux que les cigarettes et l’alcool. Le taux d’anxiété et de dépression chez les jeunes au cours des 25 dernières années a augmenté de 70 %”, conclut-elle.


Pour protéger les plus jeunes, qui représentent à eux seuls 90% des utilisateurs des réseaux sociaux selon le sondage, la RSPH et des experts de la santé publique ont invité les plateformes à agir, en informant les utilisateurs sur leur temps de connexion si elle est excessive, en identifiant ceux qui montrent des signes de détresse mentale, et en signalant les photos qui ont été modifiées.

Yao Junior L

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page