Sport

Italie: Les biens de Samuel Eto’o saisis et vendus aux enchères

Ce sont nos confrères de milano.corriere qui ont récemment révélé ce qui s’était passé dans l’appartement de Samuel Eto’o à Milan. Le média indique que les biens de l’ancien attaquant de l’inter de Milan ont été saisis par les responsables de la fiscalité italienne et vendus aux enchères.

Il faut dire que ce n’est pas la première fois que le lieu d’habitation de l’ancien capitaine des lions indomptables est ainsi assiégé par les autorités du pays. L’on se souvient qu’un cas similaire s’était déroulé à Majorque en Espagne. Mais pour le cas de l’Italie, cela se justifie par le fait que la star Camerounaise qui a réussi le triplé en 2010 avec l’Inter Milan de José Mourinho, doit 3 millions d’euros au fisc Italien.

Publicité

Son appartement de luxe transformé en un grand palais royal ( Trois étages, trois cents mètres carrés plus trois terrasses, chambres et salles de bains, ascenseurs privés) a été saisi et vendu aux enchères pour 3,2 millions d’euros. Les autorités fiscales italiennes réclament plus de 3 millions d’euros à Samuel Eto’o. Cette somme aurait été jugée comme très peu.

Après son triplé mémorable en 2009 avec le FC Barcelone, Eto’o a rejoint l’Inter Milan et José Mourinho lui a imposé un rôle de grand sacrifice qui s’est avéré décisif pour la conquête du triplé historique. A cette époque, il était le joueur le mieux payé de la série A: 10,5 millions par an. Il s’envole plus tard à Anzhi Makachkala. Samuel EZto’o évolue depuis Janvier dernier avec Konyaspor, en Turquie.

 

crédit photo: Afrique Sports

Tags

Oscar Mbena

Bonjour, je suis Oscar MBENA. Je vous invite à lire mes articles sur l'actualité politique, les faits de société, le sport, la santé et la culture.   oscarborel@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer