Divers

Jamaïque : Les dreadlocks d’une fille de cinq ans au cœur d’une bataille juridique

Sherine Virgo était excitée quand sa fille de 5 ans a été admise dans une prestigieuse école publique dans la banlieue de la capitale jamaïcaine. Mais lorsque la mère a assisté à une séance d’orientation au cours de l’été, la directrice l’a informée qu’elle devait couper les dreadlocks de sa fille.

« J’ai dit ‘Je ne vais pas lui couper les cheveux », se souvient Virgo. « La directrice a expliqué que les dreadlocks n’étaient pas autorisés pour des raisons d’hygiène. »

Publicité

La fille de Virgo a commencé ses cours mercredi dernier à l’école primaire de Kensington avec ses dreadlocks intacts après une bataille juridique qui se poursuit à la Cour suprême de cette île des Caraïbes.

Au début du mois, le tribunal a prononcé une injonction ordonnant que la jeune fille – identifiée dans les documents judiciaires comme « Z », parce qu’elle est mineure – soit autorisée à aller à l’école.

Les Rastafariens font partie d’un mouvement politique et religieux fondé en 1930 à la Jamaïque. Ils ont été inspirés par les croyances néo-chrétiennes et africaines. Le mouvement est devenu populaire en partie en réaction à la domination coloniale britannique, a déclaré Erin MacLeod, un boursier Rastafari qui enseigne au Collège Vanier à Montréal. Les Rastafaris représenteraient environ 2% de la population jamaïcaine. Le musicien Bob Marley était l’un des plus grands défenseurs de ce mouvement.

Virgo et sa fille ne se considèrent pas comme des Rastafariens mais portent des dreadlocks pour exprimer leur identité.

« Ce sont nos cheveux naturels, c’est la culture de notre nation et c’est une bénédiction de Dieu. »

L’interdiction des dreadlocks semble être une pratique adoptée par certaines écoles mais qui n’est pas soutenue par la loi.

Publicité 2

La bataille juridique concerne à la fois l’école et le ministère de l’éducation. Depuis que l’injonction a été prononcée, le Ministère de l’éducation a publié une proposition de directives pour les coiffures des élèves, y compris l’autorisation pour les filles de porter des dreadlocks si elles sont propres.

Crédit photo : dailymail

Tags

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Un commentaire

  1. Miraccle : Je me nomme Mariam G@rcia je suis algériienne d’origine mais je vie en France ; mère de 3 enfants. Je vivais avec mon mari avec un grand amour, il est tombé sur le charme d’une jeune fille dans son boulot , mon mari a changé du jour au lendemain , il ne dors plus à la maison , il ma même dit en face qu’il ne veut plus de moi qu’il ne m’aime plus ,je ne fais que pleurer chaque jour , j’ai consultée des marabouts sur le net sans résultat.DIEU merci j’ai parlé de ma situation à un collègue de travail qui m’a donné le contact d’un Grand Maitre au nom de AZE CHANGO,il vit au Béniin dans un petit Village c’est lui qui m’a ramené mon homme très amoureux et nous sommes très heureux,Mon mari est revenu à la maison apres 7jours de travaux magique.Pour tous vos problèmes,je vous laisse son contact tél : whasapp/Viber: 0022966547777

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer