À la UneAsieMonde
A la Une

Japon: nouvelles révélations sur l’assassin de l’ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe

Le suspect de l’assassinat de l’ancien Premier ministre japonais, Shinzo Abe, identifié comme Tetsuya Yamagami, pensait que l’ancien dirigeant japonais était lié à un groupe religieux qu’il blâmait pour la ruine financière de sa mère et a passé des mois à planifier l’attaque avec une arme artisanale, a déclaré la police.


Tetsuya Yamagami, un chômeur de 41 ans, a tué par balle Abe, 61 ans, le vendredi 8 juillet.

Dans les vidéos du meurtre diffusées sur les réseaux sociaux, on pouvait le voir s’approcher calmement du Premier ministre japonais le plus ancien par derrière et tirer.

Japon: nouvelles révélations sur l'assassin de l'ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe

Arborant les cheveux hirsutes, le suspect a été vu marchant sur la route derrière Abe, qui se tenait sur une contremarche à une intersection, avant de décharger deux coups d’une arme de 40 cm de long (16 pouces) enveloppée de ruban adhésif noir. Il a été interpellé par la police sur place. 


Yamagami était un solitaire qui ne répondait pas lorsqu’on lui parlait, ont déclaré des voisins. Il pensait qu’Abe avait promu un groupe religieux auquel sa mère avait fait faillite, a déclaré l’agence de presse Kyodo, citant des sources d’enquête.

Japon: nouvelles révélations sur l'assassin de l'ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe

Les médias n’ont pas nommé le groupe religieux contre lequel il aurait été contrarié.

Yamagami a truqué l’arme à partir de pièces achetées en ligne, passant des mois à planifier l’attaque, assistant même à d’autres événements de la campagne Abe, ont indiqué les médias.


Il avait envisagé un attentat à la bombe avant d’opter pour une arme à feu, selon la chaîne publique NHK.


Le suspect a déclaré à la police qu’il avait fabriqué des armes à feu en enveloppant des tuyaux en acier avec du ruban adhésif, certains d’entre eux avec trois, cinq ou six tuyaux, avec des pièces qu’il avait achetées en ligne, a déclaré NHK.

Japon: nouvelles révélations sur l'assassin de l'ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe


La police a trouvé des impacts de balles dans une pancarte attachée à une camionnette de campagne près du lieu de la fusillade et pense qu’ils venaient de Yamagami, a annoncé samedi la police. Des vidéos montraient Abe se tournant vers le tireur après le premier tir avant de s’effondrer au sol après le second.

Une de ses voisines, une femme de 69 ans qui vivait un étage en dessous de lui, l’a vu trois jours avant l’assassinat d’Abe.


Japon: nouvelles révélations sur l'assassin de l'ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe


« J’ai dit bonjour mais il m’a ignorée. Il regardait juste le sol sur le côté sans porter de masque. Il semblait nerveux », a déclaré à Reuters la femme, qui n’a donné que son nom de famille Nakayama. « C’était comme si j’étais invisible. Il semblait que quelque chose le dérangeait. »

Reuters a également rapporté comment une personne nommée Tetsuya Yamagami a servi dans la Force d’autodéfense maritime de 2002 à 2005, a déclaré un porte-parole de la marine japonaise, refusant de dire s’il s’agissait du tueur présumé, comme l’ont rapporté les médias.

Ce Yamagami a rejoint une unité d’entraînement à Sasebo, une importante base navale du sud-ouest, et a été affecté à une section d’artillerie de destroyers, a précisé le porte-parole. Il a ensuite été affecté à un navire-école à Hiroshima.

Japon: nouvelles révélations sur l'assassin de l'ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe


« Pendant leur service, les membres de la Force d’autodéfense s’entraînent avec des balles réelles une fois par an. Ils font également des pauses et l’entretien des armes », a déclaré à Reuters un officier supérieur de la marine.


« Mais comme ils suivent les ordres quand ils le font, il est difficile de croire qu’ils acquièrent suffisamment de connaissances pour pouvoir fabriquer des armes », a-t-il déclaré. Même les soldats de l’armée qui servent « depuis longtemps ne savent pas fabriquer des armes ».

Amadou Bailo Diallo

Je suis Amadou Bailo Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Je représente AfrikMag en Guinée aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page