DiversSociété

Kenya: elle est tuée par son amie qui la soupçonnait de sortir avec son mari

Les détectives de la Direction des enquêtes criminelles (DCI) ont arrêté trois suspects en lien avec le meurtre brutal d’une étudiante de 22 ans de l’Université d’Egerton à Njoro, au Kenya.

Le corps sans vie d’Eunice Muthoni Njeri a été retrouvé dans la rivière Subuku à Njoro, comté de Nakuru, le 7 décembre 2020. L’autopsie réalisée par le Dr Wangari Wambugu, le 10 décembre 2020, a révélé que l’étudiante de 4e année avait été étranglée à mort avant d’être jetée dans la rivière.

Publicité

Un communiqué publié par la DCI le samedi 20 février, déclare que le meurtre de Njeri avait été planifié et exécuté par ses deux amies proches et camarades de l’Université d’Egerton; Diana Muthiomi et Tamar Wambora Njeru.

La DCI a déclaré que tout avait commencé lorsque Diana avait soupçonné que Njeri avait une liaison avec son mari, Eric Maingi Mutuma.

«Un jour avant que Njeri ne soit tuée, Diana et Tamar étaient partis pour un enterrement à Nakuru, laissant la défunte avec le mari de Diana. C’est après leur retour tard dans la nuit qu’elles ont soupçonné une histoire d’amour entre les deux», indique le communiqué. «Une confrontation et un échange de mots amers s’en suivirent. Le lendemain, la défunte fut appelée par Diana et Tamar pour régler ostensiblement l’affaire. C’est la dernière fois qu’elle avait été vue vivante. Une analyse médico-légale de notre branche homicide a placé Diana Njeri Muthiomi sur les lieux, confirmant qu’aux petites heures du 7 décembre 2020, elle se trouvait à l’endroit exact où le corps de la défunte a été retrouvé. « 

Trois suspects Diana Njeri Muthiomi, Tamar Wambora Njeru et Eric Maingi Mutuma ont depuis été placés en garde à vue en relation avec le meurtre. Diana et Eric devront également faire face à des accusations de fraude électronique, après que 722 cartes sim et 7 téléphones portables aient été retrouvés dans leur maison.

Publicité 2

« Les trois seront traduits en justice ce lundi devant les tribunaux de Nakuru pour répondre de leurs crimes. Pendant ce temps, les détectives des homicides ont élargi leurs filets à la recherche de complices qui ont aidé à jeter le corps. »

Le 23 janvier janvier dernier, il y a eu un cas un peu similaire au Nigeria où une femme aurait tué le père de ses deux enfants avec le talon de sa chaussure pour infidélité présumée.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page