DiversSociété

Kenya: ses frères refusent de l’enterrer pour les avoir abandonnés

Sept frères et sœurs du Kenya ont refusé d’enterrer leur frère décédé il y a deux ans, parce qu’il les a abandonnés de son vivant et a dilapidé ses richesses.

Selon The Standard, Clément Kariuki Kiraihira est décédé en 2019 à l’âge de 69 ans et depuis lors, son corps repose à la morgue de l’hôpital Consolata Mathari à Nyeri, après que ses frères et sœurs ont affirmé avoir renié son corps tout comme il les a abandonnés. Les frères et sœurs ont déclaré que l’homme avait vendu l’intégralité de ses terres héritées et gaspillé l’énorme produit avec une femme dont ils savaient seulement qu’elle était originaire de Meru.

Notre père avait ordonné qu’il (Karimi) n’obtienne pas un pouce de la terre restante. Il avait vendu sa terre et abusé de l’argent », a déclaré l’une de ses sœurs, Beatrice Ngima, 53 ans. Elle a déclaré que leur père avait mis en garde le défunt contre la vente de sa part de terre à des personnes non apparentées, mais il l’a ignoré de manière flagrante et a fait exactement le contraire.

Les frères et sœurs de Karimi ne croient donc pas qu’il mérite un enterrement décent et ne sont pas prêts à utiliser leur argent durement gagné pour son enterrement. Pour sa part, Ngima a déclaré que malgré les appels de l’hôpital et des administrateurs locaux pour qu’ils enterrent l’homme de 69 ans, ils pensent qu’il est un enfant du gouvernement et devrait être enterré par l’État.


Ann Wahito, 50 ans, a réitéré que leur frère s’était détaché de leur vie et vivait grand avec un mépris total pour eux. “Je suis veuve et je ne peux pas me permettre de l’enterrer. Le gouvernement devrait se saisir de l’affaire et l’enterrer », a-t-elle déclaré. Les frères et sœurs ont défié tous les ordres du gouvernement et de l’hôpital d’enterrer Karimi et même si la facture de la morgue dépasse le demi-million, ils restent inébranlables.  

Selon la famille, Karimi a reçu sa part de terrain dans la colonie de Lusoi dans les années 1970 et il a aussitôt commencé à vendre les parcelles de terrain à chaque acheteur consentant. Il vivait sur la voie rapide et fréquentait toujours les lieux de divertissement à Nyeri et dans les comtés voisins. Il avait aussi une femme de Meru avec qui ils profitaient de l’argent.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page