DiversSociété
A la Une

Kenya : les mutilations génitales féminines en hausse après la fermeture des écoles

Avec la fermeture des salles de classe au Kenya pour lutter contre le coronavirus, les filles sont celles qui subissent des mutilations génitales féminines (MGF), des grossesses chez les adolescentes et des mariages d’enfants.

Gumato, 13 ans, peut enfin marcher à nouveau sans ressentir de douleur.
Gumato est originaire de Gabra, une tribu nomade d’éleveurs de chameaux qui vit dans une région semi-aride du nord-est du Kenya. Jusqu’à la mi-mars, elle avait mis son chemisier rose et sa jupe bleu foncé tous les jours pour aller à l’école. Actuellement, elle ne porte que sa longue robe traditionnelle.

«J'adorais l'école et je rêvais de devenir professeur de science», dit Gumato.

Son rêve semble plus éloigné que jamais.

Publicité

Trois jours après que le Kenya ait enregistré sa première infection au COVID-19 à la mi-mars, le gouvernement a décidé de fermer toutes les écoles. Quelques semaines plus tard, les parents de Gumato ont décidé de faire subir à leur fille une mutilation génitale féminine (MGF), qui est interdite au Kenya mais toujours pratiquée par certaines tribus.

Depuis la promulgation des lois contre les MGF en 2011, sa prévalence au Kenya est passée de 28% des femmes âgées de 15 à 49 ans en 2008 à 21% en 2014.

Mais en raison de sa grande diversité ethnique et culturelle, il existe d’importantes variations régionales, avec une prévalence allant de 0,8% dans l’ouest à plus de 97% dans le nord-est (où vivent les Gabra et Borana – qui sont des groupes ethniques somaliens-oromo) et 78% dans le sud, qui abrite les Maasai.

« Nous étions heureux que les écoles soient fermées, car cela nous a donné une meilleure opportunité de circoncire nos filles», explique la mère de Gumato alors qu’elle est assise sur le sol en terre à côté d’un petit feu à l’intérieur d’une des huttes. «Les vacances scolaires sont normalement un peu courtes pour que les filles se rétablissent complètement.»

Elle voulait que sa fille subisse des MGF, dit-elle, parce que les hommes de Gabra n’épousent que des filles circoncises.

Début avril, Gumato et deux autres filles ont été emmenées dans une maison dans un village derrière les collines sans route ni administration officielle. On leur a dit de se laver à l’eau froide – considérée comme un anesthésique au sein de leur communauté. Puis, une par une, elles ont été coupées.

Deux femmes les tenaient par derrière, deux femmes tenaient leurs jambes, une femme couvrait leurs yeux et une autre faisait la coupe.

«C’était extrêmement douloureux mais je suis resté silencieuse, car les femmes m’ont assurée que si je criais ou pleurais, je serais considérée comme une lâche et personne ne serait disposé à me marier», se souvient Gumato.

Après la procédure, la plaie n’a pas été traitée ni nettoyée. «Nous sommes restés avec tout le sang pendant que nos cuisses étaient attachées pendant quatre jours», dit Gumato. «Nous avons dû faire pipi dans un seau et il nous était interdit de boire de l’eau.»

Au bout de sept jours, les filles ont été renvoyées chez elles.

Mais la blessure de Gumato s’est infectée. Elle avait peur que cela ne guérisse jamais. «Pendant deux mois, j’ai ressenti tellement de douleur alors que je pouvais à peine marcher. Ça fait encore mal d’uriner”, explique-t-elle.

Gumato s’inquiète pour son avenir maintenant.

«La croyance prédominante dans ma communauté est que dès qu’une fille est excisée, elle est prête pour le mariage», explique-t-elle. «Ma famille est pauvre, nous n’avons que cinq moutons et sept chèvres et pas un seul chameau.»

Son père a effectué des travaux de construction dans leur village avant la crise de coronavirus, mais maintenant la construction est au point mort et la famille a du mal à trouver suffisamment de nourriture.

Publicité 2

«J’ai peur d’être bientôt mariée parce qu’il n’y a pas d’école, donc nous restons les bras croisés à la maison alors que lorsque je serai mariée, mon père recevra trois chameaux en guise de dot», dit-elle.

«Les écoles étaient un filet de sécurité»

«Avant cette crise de corona, les écoles fonctionnaient comme un solide filet de sécurité», explique Talaso Gababa, facilitateur auprès de l’organisation médicale Amref Health Africa.

Les enseignants ont sensibilisé les enfants aux risques des mutilations génitales féminines (MGF). Lorsqu’une fille était excisée pendant que l’école était ouverte, les camarades de classe le communiquaient à l’enseignant qui dénoncerait les parents à la police. Cela a empêché de nombreux parents de faire circoncire leurs filles.”

Les MGF ne sont pas le seul danger auquel les filles sont confrontées. Les écoles étant fermées, elles sont également plus exposées aux mariages précoces forcés et aux agressions sexuelles.

Le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) a récemment prévu que 13 millions de filles supplémentaires dans le monde pourraient être forcées de se marier enfants, et que deux millions de plus que ce qui aurait été prévu pourraient subir des MGF d’ici 2030, car la COVID-19 perturbe les efforts mondiaux pour mettre fin aux deux pratiques.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page