À la UnePolitique

Le plan de la révolution économique africaine révélé

L’Afrique pourrait être considérée comme le centre économique du monde compte tenu de ses vastes ressources naturelles et de son capital humain. Bien que ce fait ne se reflète guère dans les perspectives économiques actuelles du continent, le potentiel de croissance de l’Afrique, comme en témoigne son rang de région au développement le plus rapide au monde, est incontestable. Pour positionner l’Afrique à la place qui lui revient, quelques mesures doivent être prises.

5

1

Le Dialogue sur la prospérité en Afrique (APD) 2024, qui s’est tenu du 25 au 27 janvier 2024 dans les collines d’Aburi au Ghana, a abordé le potentiel de progrès économique du continent.

Pour que l’Afrique atteigne son plein potentiel, l’Afrique doit se concentrer sur quatre points focaux. Ils renforcent les produits du continent, améliorent l’agriculture, exploitent la chaîne de valeur mondiale via les ressources naturelles du continent et stimulent le commerce intracontinental.

Au cours de la conférence, plusieurs initiatives déjà en cours ont été évoquées, notamment la récente entrée sans visa, que le Ghana, le Rwanda et le Kenya sont en train de mettre en œuvre.

« Les gouvernements africains devraient s’efforcer de mettre en place des pays frontaliers sans visa afin de renforcer le commerce intra-africain », peut-on lire dans un extrait des discours d’ouverture du programme.

Au cours du programme, il a été mentionné que la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) avait le potentiel d’augmenter le commerce intra-africain d’environ 3 200 milliards de dollars américains.

Abordant la chaîne de valeur mondiale, l’importance des raffineries sur le continent a été soulignée, en rappelant des pays comme l’Algérie, l’Égypte, l’Afrique du Sud, la Libye et le Nigeria, avec sa raffinerie de Dangote récemment construite, la plus grande raffinerie du monde. le continent.

« Les gouvernements des pays africains riches en pétrole devraient activement favoriser le développement de raffineries intégrées au sein de leur secteur privé. Ces raffineries devraient comporter des unités interconnectées pour le raffinage du pétrole brut et la production pétrochimique, améliorant ainsi l’efficacité opérationnelle et garantissant la durabilité à long terme », indique la note du programme.

« Les pays africains doivent investir davantage dans l’agriculture. Des investissements accrus dans l’agriculture sont impératifs pour les pays africains. Cela implique un soutien substantiel aux petits exploitants agricoles, en leur donnant accès à des techniques agricoles modernes, à des semences de haute qualité, à des engrais, à des systèmes d’irrigation et à des infrastructures agricoles essentielles. L’augmentation de la productivité agricole constitue une mesure cruciale pour renforcer la production alimentaire », ajoute le mémo, parlant de l’exploitation de l’agriculture.

Le commerce intra-africain a été entravé par les barrières commerciales et le manque de diversification dans la plupart des régions du continent. Pour favoriser le développement, ces questions doivent être abordées comme souligné dans le programme.

« Les pays africains devraient renforcer leurs efforts de facilitation des échanges. La simplification des procédures douanières, la réduction des barrières commerciales et la normalisation des réglementations amélioreront considérablement l’intégration de l’Afrique dans les chaînes de valeur régionales et mondiales (CVM) », indique le mémo.

« Les gouvernements africains devraient créer un environnement propice pour encourager, promouvoir et soutenir les femmes dans les initiatives commerciales. Les femmes constituent une part importante de la population et de la main-d’œuvre africaine, possédant des compétences uniques et un esprit d’entreprise. Impliquer les femmes dans le commerce intra-africain favorise non seulement l’égalité des sexes, mais améliore également l’efficacité et la résilience globales des économies », ajoute-t-il.

Heureusement, des pays comme la Tanzanie, le Zimbabwe et le Malawi ont déjà une longueur d’avance en matière de diversification.

Ahmad Diallo

Je suis Ahmad Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Email : aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page