À la UneMondeUSA
A la Une

Le président américain Biden met en garde la Corée du Nord

Le président Joe Biden a averti la Corée du Nord jeudi que les États-Unis «réagiraient en conséquence» s’ils intensifiaient leurs essais d’armes, après que Pyongyang ait tiré deux missiles balistiques présumés dans la mer lors de sa première provocation de fond de la nouvelle administration américaine.

Biden a déclaré que les États-Unis «consultaient nos partenaires et alliés» et a averti la Corée du Nord qu ‘«il y aura des réponses s’ils choisissent d’intensifier les essais. Nous répondrons en conséquence. »

«Je suis également prêt pour une forme de diplomatie, mais elle doit être conditionnée au résultat final de la dénucléarisation», a-t-il ajouté.

Publicité

Pyongyang attendait le moment opportun depuis l’entrée en fonction de la nouvelle administration Biden, ne reconnaissant même officiellement son existence que la semaine dernière.

Mais les chefs d’état-major conjoints de Séoul ont déclaré que la Corée du Nord avait tiré deux missiles à courte portée dans la mer du Japon, connue sous le nom de mer de l’Est en Corée, depuis la province du Hamgyong du Sud.

Ils ont parcouru 450 kilomètres (280 miles) et atteint une altitude maximale de 60 kilomètres, a ajouté le JCS, et après une réunion d’urgence, le Conseil national de sécurité sud-coréen a exprimé sa «profonde préoccupation» face au lancement.

La Corée du Nord est interdite de développer des missiles balistiques en vertu des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et fait l’objet de multiples sanctions internationales pour ses programmes d’armement.

Le Premier ministre japonais Yoshihide Suga a été sans équivoque, déclarant aux journalistes que «la Corée du Nord a lancé deux missiles balistiques» qui, selon Tokyo, sont tombés en dehors des eaux de la zone économique exclusive du Japon.

Cela faisait un an depuis le dernier incident de ce genre, a-t-il ajouté, déclarant: «Cela menace la paix et la sécurité de notre pays et de la région. C’est aussi une violation de la résolution des Nations Unies.

Des reproches ont afflué d’Allemagne, de France et de Grande-Bretagne qui, en plus de Biden, ont chacun condamné les tests en tant que violations des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU.

Le ministre britannique de l’Asie, Nigel Adams, a également averti la Corée du Nord de s’abstenir de nouvelles provocations et «d’engager des négociations significatives avec les États-Unis».

À la demande de Washington, le comité des sanctions de l’ONU contre la Corée du Nord se réunira vendredi matin à huis clos, selon des sources diplomatiques, bien qu’aucune déclaration publique ne soit attendue.

Biden a déclaré jeudi que la Corée du Nord était le principal problème de la politique étrangère qu’il surveillait.

Publicité 2

Pyongyang a fait des progrès rapides dans ses capacités sous la direction du leader nord-coréen Kim Jong Un, testant des missiles capables d’atteindre l’ensemble des États-Unis continentaux alors que les tensions montaient en 2017.

La première année de mandat de l’ancien président américain Donald Trump a été marquée par une série de lancements croissants, accompagnés d’une guerre des mots entre lui et Kim.

Les deux se sont ensuite lancés dans une bromance diplomatique extraordinaire, organisant deux sommets qui ont fait la une des journaux à Singapour et au Vietnam.

Les États-Unis se sont retirés de certains exercices militaires conjoints avec la Corée du Sud tandis que le Nord a gelé les essais de missiles balistiques intercontinentaux.

Mais le sommet de Hanoï de février 2019 s’est rompu sur l’allégement des sanctions et sur ce que la Corée du Nord serait prête à abandonner en retour.

Amadou Bailo Diallo

Je suis Amadou Bailo Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Je représente AfrikMag en Guinée aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page