À la UneAfriqueNigerNigeria
A la Une

Les forces américaines sauvent un Américain kidnappé au Niger

Les commandos des forces spéciales américaines ont mené samedi 31 Octobre un raid avant l’aube pour secourir un citoyen américain qui avait été enlevé la semaine dernière à son domicile dans le sud du Niger.

Des commandos de l’élite SEAL Team 6 de la Marine ont sauvé l’Américain Philip Walton, 27 ans, après avoir suivi les téléphones de ses assaillants dans une cachette dans le nord du Nigeria voisin, ont déclaré des responsables américains.

Les forces armées ont mené une opération de sauvetage d’otages aux premières heures du 31 octobre dans le nord du Nigeria pour récupérer un citoyen américain pris en otage par un groupe d’hommes armés », a déclaré samedi Jonathan Hoffman, le principal porte-parole du Pentagone.

M. Hoffman, qui n’a pas identifié M. Walton par son nom, a déclaré qu’il «était en sécurité et qu’il était maintenant sous la garde du Département d’État américain».

Un autre responsable a déclaré que M. Walton avait été emmené sur une base aérienne américaine à Niamey, la capitale du Niger, pour retrouver sa famille.

M. Hoffman a déclaré qu’aucun militaire américain n’avait été blessé au cours de l’opération, qui nécessitait l’approbation du président Trump. Plusieurs des ravisseurs ont été tués lors du raid, ont déclaré des responsables américains.

M. Walton, le fils de missionnaire, vit avec sa femme et sa jeune fille dans une ferme près de Massalata, un petit village près de la frontière avec le Nigeria. Des responsables américains et nigériens avaient déclaré que M. Walton avait été arrêté lundi dans son arrière-cour devant des membres de sa famille après que des assaillants lui avaient demandé de l’argent. Il leur a offert 40 dollars et a ensuite été emmené par des hommes armés à moto, ont indiqué les responsables. Les ravisseurs ont exigé près d’un million de dollars de rançon pour la libération de M. Walton.

Un responsable américain a déclaré que les assaillants étaient des criminels qui avaient l’intention de vendre M. Walton à des groupes terroristes de la région. L’opération a été organisée rapidement avec l’aide de responsables au Niger et au Nigeria, a déclaré le responsable.

Selon des responsables américains, le sauvetage a commencé juste après minuit, heure locale, tôt samedi, lorsqu’une trentaine de commandos de la marine ont parachuté dans la région éloignée où les ravisseurs avaient emmené M. Walton. Les membres de l’équipe de secours ont parcouru environ cinq kilomètres jusqu’à ce qu’ils tombent sur le petit campement des ravisseurs dans un bosquet de buissons et d’arbres.

Au cours de la brève mais intense fusillade qui a suivi et avec des drones de surveillance bourdonnant au-dessus de leur tête, tous, sauf un, sur une demi-douzaine de ravisseurs ont été tués. Un ravisseur s’est échappé dans la nuit. M. Walton n’a pas été blessé lors de la fusillade et il s’est rendu dans une zone d’atterrissage de fortune, où un hélicoptère américain l’a emmené en sécurité.

Plusieurs Occidentaux sont actuellement otages dans la région. Parmi eux, le travailleur humanitaire américain Jeffery Woodke, qui a été enlevé dans la ville d’Abalak, au centre du Nigeria, en octobre 2016 et qui aurait été emmené au Mali voisin.

L’enlèvement de M. Walton n’était que le dernier spasme de violence dans la région du Sahel en Afrique, qui a connu un torrent croissant d’attaques de la part des affiliés de l’État islamique et de Qaïda, en particulier au Burkina Faso, au Mali et au Niger.

Six travailleurs humanitaires français et leur guide nigérien ont été tués par des extrémistes islamiques en août alors qu’ils visitaient un parc animalier près de Niamey. Une embuscade en octobre 2017 près de la frontière entre le Niger et le Mali a fait quatre morts parmi les soldats américains.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page