AfriqueSociété
A la Une

 » Les médias sociaux ont fait reculer l’humanité  »- Wole Soyinka

The Nation rapporte que Soyinka a fait cette déclaration lors d’un événement à Lagos le vendredi 16 juin. Il a affirmé que la mauvaise utilisation des réseaux sociaux fait reculer rapidement l’humanité en raison de l’utilisation de mots abusifs. 

Soyinka, qui a pris la parole vendredi à Lagos lors du dévoilement de son dernier volume d’interventions, intitulé : « The Putin Files », au Freedom Park Lagos, a avoué ne pas être fan des réseaux sociaux.

5

« Je ne tweete pas, je ne WhatsApp pas. J’ai essayé WhatsApp mais j’ai arrêté.

En lisant le livre, Soyinka a déclaré : « Le projet Nigeria, je dois l’avouer, est devenu presque mortellement déchirant. Est-ce que j’y crois encore ? Je n’en suis plus certain, mais il faut d’abord se débarrasser de la tyrannie des ignorants et de l’opportunisme des chronométreurs.

« De toute façon, il n’y a pas grand-chose d’autre à engager sur une base de participations. Il y a, bien sûr, toujours la possibilité d’une révolution, avec une clarté d’objectif et l’acceptation de tous les risques qui en coûteront, y compris les erreurs corrigées.

« Les révolutions ne sont cependant pas fondées sur l’impulsion d’un droit spéculatif au pouvoir. Peu importe, jusqu’à ce moment, les structures qui assurent une cohabitation juste et équitable doivent être protégées de l’appropriation partisane – que ce soit de l’incitation matérielle, des fausses nouvelles ou du terrorisme verbal – la dernière étant la contribution de Celui qui est désigné pour assumer la codirection de la nation, pas moins.

Selon lui, c’est tout le concept de démocratie qu’il faut revoir. 


1

Il a ajouté : « La révolution ne consiste pas à s’aligner derrière le symbole disponible le plus proche. Lorsqu’un symbole apparaît, cependant, nous sommes toujours obligés d’examiner tous les aspects de ce qui est fortuitement une offre et de continuer à protéger nos libertés à chaque centimètre du chemin.

 Il a dit que Poutine, tel qu’il est utilisé dans son livre, est une métaphore et une réalité, ajoutant : « Nous ne pouvons pas être à l’abri de ce qui se passe ».

Ahmad Diallo

Je suis Ahmad Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Email : aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page