Technologie

Un matelas pour détecter les époux infidèles

C’est la révolution qui va surement semé un peu de trouble dans les foyers. Une société espagnol vient récemment de sortir un matelas qui a pour rôle de détecter à distance les infidélités.

Ce matelas High-tech se fait appeler « Smarttress », et il a plusieurs spécificités car il est connecté et capable de « dévoiler les infidélités de votre conjoint(e) ». c’est donc un matelas « intelligent » qui est surtout équipé de 24 capteurs invisibles détectant chacun les mouvements « inhabituels, rapides et rythmés ».

Publicité

Ce « Lover Detection System » cartographie les points de pression sur les capteurs et envoie, via une appli pour smartphone, une représentation 3D du matelas où se dessine en creux le corps de l’infidèle.

Pour le directeur de la société Durmet ayant fabriqué Smarttress, il se dit fier de son produit qui selon lui, combine « confort et technologie ». Selon Jose Antonio Muino« Après avoir lu des enquêtes sur l’infidélité en Espagne, nous avons eu cette idée qui permet de rassurer les hommes et les femmes, pas seulement pendant la nuit mais aussi quand ils sont au travail ».

Il faut rappeler que la société s’appuie sur deux sondages : selon une enquête commanditée par le site de rencontre extraconjugales, Gleeden, 39% des Espagnols disent avoir eu une aventure -un record en Europe- tandis que 94% des conjoints infidèles préfèrent tromper leur compagnon ou leur compagne dans leur propre chambre à coucher.

Tags

Amadou Bailo Diallo

Je suis Amadou Bailo Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Je représente AfrikMag en Guinée +224-669-00-03-21 aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer