Monde
A la Une

«Mort à l’Amérique» : des milliers d’Iraniens célèbrent la prise d’otages de 1979

L’Iran a célébré, ce 4 novembre, le 40e anniversaire de la prise d’otages à l’ambassade américaine de Téhéran. A cette occasion, plusieurs milliers de manifestants ont scandé des slogans hostiles aux Etats-Unis et à leur président.

Des milliers de manifestants iraniens se sont rassemblés lundi dans la capitale iranienne, Téhéran, pour célébrer le 40e anniversaire de la capture, l’enlisement et du détournement de l’ambassade américaine par des étudiants iraniens.

Publicité

La célébration de cet anniversaire intervient alors que les tensions entre l’Iran et les Etats-Unis se sont amplifiées au cours de l’été dernier, Washington assumant une stratégie de «pression maximale» sur Téhéran.

«Mort à l’Amérique» : des milliers d'Iraniens célèbrent la prise d'otages de 1979

Ce 4 novembre, Téhéran ainsi que plusieurs autres villes iraniennes ont été le théâtre d’importantes mobilisations. Leur objet : commémorer le 40e anniversaire de la prise d’otage d’une cinquantaine de civils et diplomates américains par des étudiants iraniens à l’ambassade des Etats-Unis à Téhéran.

Le 4 novembre 1979, moins de neuf mois après le renversement du dernier chah d’Iran, un groupe d’étudiants partisans de la Révolution islamique avait pris d’assaut l’ambassade des Etats-Unis à Téhéran, accusée d’être un «nid d’espions».

Les étudiants avaient exigé, pour libérer les otages, que les Etats-Unis extradent le chah afin qu’il soit jugé en Iran.

Cette prise d’otages reste un traumatisme profond pour la diplomatie américaine.

Le problème diplomatique a conduit à l’otage et à la libération éventuelle de 52 citoyens américains après un an et les États-Unis ont immédiatement annulé toutes leurs relations diplomatiques avec l’Iran.

«Mort à l’Amérique» : des milliers d'Iraniens célèbrent la prise d'otages de 1979

Depuis lors, les relations diplomatiques n’ont pas été rétablies et cela a empiré avec le retrait de Donald Trump de l’accord sur le nucléaire iranien, assorti de sanctions économiques sévères contre la nation perse.

Des images du drapeau américain et des anciens / actuels présidents américains incendiés dans les rues de Téhéran ont été monnaie courante lundi.

Lundi, des effigies de Trump menottées et un drapeau américain brûlé étaient exposés.

Publicité 2


Lors d’un discours prononcé lors d’un rassemblement devant l’ancienne ambassade, le général Abdolrahim Moussavi, commandant de l’armée iranienne, a déclaré que le “différend” entre les Etats-Unis et l’Iran découlait de “notre indépendance”.

“La dispute entre nous et nos ennemis n’est pas due à des problèmes comme notre programme nucléaire, nos missiles ou les droits de l’homme”, a déclaré Mousavi.

“Le différend entre nous et les Etats-Unis découle de notre indépendance et ne cède pas à leurs brimades … Ils continueront leur comportement hostile envers nous comme un scorpion dont la nature est de mordre tant qu’il est en vie”, a-t-il déclaré.

“Nous sommes prêts à écraser ce scorpion sous nos pieds.”

Tags

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer