À la Une Côte d'Ivoire Football Sport

Mort d’un joueur ivoirien sur un stade / Didier Drogba demande des comptes à la FIF

didier-drogba-1

La Côte d’Ivoire sportive se remet difficilement de la mort tragique du défenseur Sylla Moustapha foudroyé par une crise cardiaque. Le joueur du Racing Club d’Abidjan est mort finalement, sans avoir été valablement pris en charge par les secours et les médecins sur place. C’est ce dysfonctionnement que dénonce Didier Drogba, candidat malheureux à la présidence de la Fédération ivoirienne de Football.

Avec la mort d’un joueur ivoirien en plein match hier dimanche 5 mars, le débat sur la sécurité des athlètes sur les stades est relancé. La mort de Sylla Moustapha aurait pu être évité selon plusieurs témoignages qui pointent l’absence d’équipements adéquats pour la réanimation. Didier Drogba se mêle de ce débat en demandant des comptes à la FIF.

Dans un message publié sur les réseaux sociaux, l’ancien buteur de Chelsea et des Eléphants de Côte d’Ivoire montre qu’il n’est pas d’accord avec la gestion du cas Sylla Moustapha. Il pose des questions qui fâcheront peut-être du côté de ses anciens adversaires de la Fédération Ivoirienne de Football. Drogba demande ce qui est véritablement fait au plan médical pour les joueurs du championnat national.

« Condoléances au football Ivoirien 3 décès de joueurs de la ligue pro Ivoirienne en moins de 4 ans. A quand les visites médicales obligatoires pour chaque joueur “” professionnel. Prise de sang, ECG, tests d’efforts ? A quand l’arrivée de la médecine sportive », a écrit Didier Drogba pour présenter ses condoléances et mettre l’accent sur le manque de matériel médical d’urgence sur les stades ivoiriens.


La prise de parole de Didier Drogba peut être prise comme un pavé dans le jardin de ses anciens adversaires. Cependant, Drogba a le mérite de mettre le doigt sur un véritable problème que les responsables de la FIF devront solutionner. La mort tragique de ce joueur est une piqûre de rappel. Les responsables de la FIF vont devoir s’expliquer avant d’exposer les mesures palliatives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *