DiversSociété

Nécromancie : l’art de communiquer avec les morts est-il réel ou faux ?

Vous avez probablement entendu ou été témoin d’une situation où les vivants ont essayé de communiquer avec les morts pour déterminer la cause du décès ou récupérer des informations importantes. Eh bien, cette pratique s’appelle la nécromancie. Mais est-ce réellement réel ou est-ce juste un stratagème magique pour amener les gens à croire au pouvoir des morts ?

Certains disent que c’est de l’occultisme. Plongeons dans des eaux plus profondes.

Qu’est-ce que la nécromancie ?

Publicité

La nécromancie est la pratique de la magie impliquant la communication avec les morts – soit en invoquant leurs esprits sous forme d’apparitions, de visions ou en les élevant physiquement – à des fins de divination, en leur donnant les moyens de prédire des événements futurs, de découvrir des connaissances cachées, de ramener quelqu’un de la  mort, ou d’utiliser les morts comme une arme.

Parfois appelé « Magie de la mort », le terme peut aussi être utilisé dans un sens plus général pour désigner la magie noire ou la sorcellerie selon Wikipédia.

LIRE AUSSI: Un homme raconte comment il a eu un bébé avec un “fantôme”

Quelle est l’origine de la nécromancie ?

La première nécromancie était liée au chamanisme, et a très probablement évolué à partir de celui-ci, qui fait appel à des esprits tels que les fantômes des ancêtres. Les nécromanciens classiques s’adressaient aux morts dans « un mélange de grincements aigus et de bourdonnements faibles », comparable aux marmonnements en état de transe des chamans.

La nécromancie était répandue tout au long de l’antiquité avec des enregistrements de sa pratique dans l’Egypte ancienne, la Babylonie, la Grèce et Rome. Le plus ancien récit littéraire de la nécromancie se trouve dans l’Odyssée d’Homère.

Sous la direction de Circé, une puissante sorcière, Ulysse se rend dans le monde souterrain (katabasis) afin de mieux comprendre son voyage de retour imminent en élevant les esprits des morts grâce à l’utilisation de sorts que Circé lui a enseignés.

Il souhaite invoquer et interroger l’ombre de Tirésias en particulier;  cependant, il est incapable d’invoquer l’esprit du voyant sans l’aide des autres.

Comment se déroule la nécromancie ?

Les rituels peuvent être assez élaborés, impliquant des cercles magiques, des baguettes, des talismans et des incantations. Le nécromancien pouvait également s’entourer d’aspects morbides de la mort, qui comprenaient souvent le port des vêtements du défunt et la consommation d’aliments qui symbolisaient l’absence de vie et la pourriture, comme du pain noir sans levain et du jus de raisin non fermenté.

Certains nécromanciens allaient même jusqu’à participer à la mutilation et à la consommation de cadavres. Ces cérémonies pouvaient durer des heures, des jours, voire des semaines, jusqu’à l’éventuelle convocation d’esprits.

Fréquemment, ils étaient exécutés dans des lieux d’inhumation ou d’autres lieux mélancoliques qui correspondaient aux directives spécifiques du nécromancien. De plus, les nécromanciens préféraient invoquer les défunts en partant du principe que leurs révélations étaient prononcées plus clairement.

Publicité 2

Ce délai était généralement limité aux douze mois suivant la mort du corps physique ;  une fois cette période écoulée, les nécromanciens évoquaient plutôt l’esprit fantomatique du défunt.

La nécromancie est-elle vraie ou fausse ?

De nombreux écrivains médiévaux croyaient que la résurrection réelle nécessitait l’aide de Dieu. Ils considéraient la pratique de la nécromancie comme une conjuration de démons qui prennent l’apparence d’esprits. La pratique est devenue explicitement connue sous le nom de maleficium, et l’Église catholique l’a condamnée.

Bien que les praticiens de la nécromancie aient été liés par de nombreux fils communs, il n’y a aucune preuve que ces nécromanciens se soient jamais organisés en groupe.

Un point commun noté parmi les praticiens de la nécromancie était généralement l’utilisation de certaines plantes toxiques et hallucinogènes de la famille des solanacées telles que la jusquiame noire, la stramoine, la belladone ou la mandragore, généralement dans des baumes ou des potions magiques.

On pense que la nécromancie médiévale est une synthèse de la magie astrale dérivée des influences arabes et de l’exorcisme dérivé des enseignements chrétiens et juifs. Les influences arabes sont évidentes dans les rituels impliquant les phases de la lune, le placement du soleil, le jour et l’heure.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page