À la UneAfrique
A la Une

Niger : Le général Tchiani révèle la durée de la transition et met en garde

Le général Abdourahmane Tchiani, qui a rencontré une délégation de la CEDEAO à Niamey, prévient que toute intervention militaire au Niger « ne sera pas une promenade de santé » pour les personnes impliquées.

Le leader des putschistes au Niger a proposé une transition du pouvoir de trois ans après avoir rencontré une délégation de dirigeants ouest-africains et a averti que toute attaque contre le pays ne serait « pas une promenade de santé » pour les personnes impliquées .

5

Le général Abdourahmane Tchiani, qui passait samedi soir à la télévision nationale, n’a donné aucun détail sur la transition potentielle, affirmant seulement que les principes de cette transition seraient décidés dans les 30 jours lors d’un dialogue organisé par le conseil militaire au pouvoir.

« Ni le Conseil national pour la sauvegarde de la patrie ni le peuple nigérien ne veut la guerre et reste ouvert au dialogue », a-t-il déclaré après sa première rencontre avec des délégués de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dans la capitale nigérienne, Niamey.

« Mais soyons clairs : si une attaque devait être entreprise contre nous, ce ne serait pas la promenade de santé que certains semblent penser », a-t-il déclaré.

La CEDEAO a imposé des sanctions sévères au Niger à la suite du coup d’État du 26 juillet et a autorisé le déploiement d’une «force en attente» pour rétablir l’ordre constitutionnel dans le pays. Le bloc a déclaré vendredi qu’un « jour J » n’avait pas été convenu pour une éventuelle intervention militaire et que 11 de ses 15 États membres avaient accepté d’engager des troupes dans l’opération.

Dans son discours de 12 minutes, Tchiani a affirmé que la CEDEAO « se préparait à attaquer le Niger en mettant en place une armée d’occupation en collaboration avec une armée étrangère » et a dénoncé ce qu’il a qualifié de sanctions « illégales » et « inhumaines » imposées par le bloc régional.


1

« Je réaffirme ici que notre ambition n’est pas de confisquer le pouvoir. Je réaffirme également notre disponibilité à engager tout dialogue, pourvu qu’il tienne compte des orientations souhaitées par le peuple fier et résilient du Niger », a-t-il ajouté.

La CEDEAO a adopté une position plus dure sur le coup d’État du 26 juillet au Niger, le septième de la région en trois ans, que sur les précédents au Mali, au Burkina Faso et en Guinée.

Le bloc – malgré la menace d’une intervention militaire – poursuit également des voies diplomatiques pour inverser la prise de pouvoir au Niger, un pays qui a une importance stratégique pour les puissances régionales et mondiales en raison de ses réserves d’uranium et de pétrole ainsi que de son rôle de plaque tournante pour les troupes étrangères impliquées dans la lutte contre les groupes armés liés à al-Qaïda et à l’EIIL (ISIS).

Ahmad Diallo

Je suis Ahmad Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Email : aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page