Politique
A la Une

Ouganda : le président Yoweri Museveni veut être réélu pour étendre le pouvoir à 4 décennies

Le président ougandais de longue date, Yoweri Museveni, a rassemblé des papiers pour solliciter sa candidature en tant que candidat du Parti au pouvoir à l’élection présidentielle de l’année prochaine, a annoncé mardi le parti.

Obtenir un nouveau mandat étendrait potentiellement à quatre décennies le règne de l’ancien combattant rebelle âgé de 75 ans.

“Oui, nous pouvons confirmer qu’il a choisi des formulaires de nomination pour notre position de porte-drapeau”, a déclaré à Reuters Rogers Mulindwa, porte-parole du Mouvement de résistance nationale (NRM) au pouvoir, ajoutant que personne d’autre ne s’était encore présenté pour le contester au sein du parti.

Publicité

Ordinairement, le vote se tient en février quoi qu’aucune date n’a encore été fixée pour celui de 2021. L’aspirant présidentiel le plus fort de l’opposition est la pop star et législateur Bobi Wine, 38 ans, dont la musique le fait aimer des jeunes.

Les critiques se plaignent que Museveni a utilisé des mesures anti-coronavirus telles que l’interdiction des rassemblements publics pour obtenir un avantage et empêcher les préparatifs des opposants.

L’Ouganda a été relativement à l’abri de la pandémie jusqu’à présent, avec seulement 1 065 cas signalés et aucun décès.

Au pouvoir depuis 1986, le mandat de Museveni n’est surpassé en Afrique que par Teodoro Obiang de la Guinée équatoriale, qui dirige depuis 1979 et par Paul Biya, du Cameroun, qui dirige depuis 1982.

 ACCUSATIONS DE HARCÈLEMENT

Après des années d’instabilité en Ouganda, notamment sous le régime despotique d’Idi Amin, Museveni a été premièrement félicité par l’Occident comme faisant partie d’une nouvelle génération d’hommes d’État africains, salués pour leurs réformes économiques et éducatives, avant de sombrer lui aussi dans le diktat.

Au fil des ans, il a été de plus en plus critiqué pour avoir refusé d’abandonner le pouvoir et de ne pas mettre fin à la corruption et à un leadership autocratique.

Lors des dernières élections, le Parti au pouvoir a annulé la candidature de Museveni, disqualifiant certains rivaux potentiels. Les groupes de défense des droits de l’homme l’ont longtemps accusé de déployer des forces de sécurité pour intimider les opposants tout en utilisant les finances publiques pour récompenser les loyalistes et élargir son soutien.

La police a dispersé ce mois-ci deux rassemblements d’opposition tout en permettant, selon les critiques, aux politiciens du gouvernement, y compris le ministre de la Santé, de tenir des rassemblements publiques.

« Les mesures contre le coronavirus sont devenues un outil permettant à Museveni de contrôler et de détruire l’opposition à son régime », a déclaré le député de l’opposition Semujju Ibrahim Nganda.

Publicité 2

Le porte-parole du parti au pouvoir Mulindwa a nié tout double standard. “L’opposition dit cela pour gagner de la sympathie”, a-t-il dit.

Museveni a remporté cinq élections présidentielles et, en 2017, le parlement ougandais, dominé par les législateurs du NRM, a supprimé une limite d’âge de la constitution, lui permettant de briguer un autre mandat.

Ce vote du Parlement a été entaché de bagarres dans la chambre et à un moment donné, des soldats de la force d’élite sont entrés et ont expulsé les législateurs de l’opposition.

Museveni a pourtant montré à quel point il est encore fort physiquement et ‘jeune’ malgré son âge dans une vidéo d’exercices lors du confinement.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page