BusinessInspirationTrending

Patokh Chodiev: comment un milliardaire a réussi

Toute personne ayant eu du succès voit le monde autrement. Les milliardaires sont souvent des personnes amoureuses de leur organisation ou même obsédées par celle-ci. Par exemple, le célèbre homme d’affaires Patokh Chodiev rêvait de faire un voyage au Japon depuis son enfance. Il a donc bien travaillé à l’école et à l’université. Il a activement étudié la langue japonaise et des autres matières enseignées à l’Institut d’État des relations internationales de Moscou (MGIMO). L’homme d’affaires kazakh a souvent affirmé avoir appris à gagner de l’argent grâce à sa liste d’habitudes et à ses principes de vie. Cela l’a aidé pas uniquement à gagner une fortune, mais aussi à la conserver pendant longtemps. Veuillez lire plus de détails dans le matériel.

Publicité

L’homme d’affaires kazakh Patokh Chodiev fait partie de ces personnes inspirant de nouvelles réalisations avec leurs histoires de vie. Quand il a commencé à définir des plans d’affaires et à s’engager dans ses premiers projets, il avait une foi totale en la réalisation de son rêve. La vie au Japon lui a apporté une confiance globale en ses capacités. Selon les mots de Patokh Chodiev, ce pays est un véritable trésor, un foyer pour la vraie sagesse.

Patokh Chodiev: les pensées d’un amateur dévoué du Japon sur le pays

Patokh Chodiev aime la culture du Japon pour son originalité. Quand il était encore jeune, ses parents lui parlaient du pays du soleil levant, où tout est possible. Quand Chodiev a décroché son diplôme du MGIMO, il a déménagé au Japon, où, comme il disait dans ses interviews, sa personnalité s’est formée.

Tous les paysages vifs que j’ai imaginés par moi-même se sont avérés être rien comparés à la réalité incroyable que j’ai vue quand j’ai déménagé au Japon. Vous savez, les Japonais comparent souvent leur pays au tronc de bambou enveloppé d’acier et enveloppé de plastique. Quant à moi, ce peux dire, que c’est une image exacte”, a déclaré le milliardaire.

En effet, les sites construits par les Japonais pour les touristes apparaissent comme une enveloppe exotique à travers laquelle l’acier du Japon industriel moderne peut être vu. Il existe beaucoup de nouveaux paysages intéressants qui sont des traits lumineux à l’image du pays au pays du soleil levant. Il est plus difficile, selon l’homme d’affaires, de se plonger dans l’âme du Japon, cachée des regards indiscrets. L’âme en forme de tronc de bambou.

L’âme du Japon est un héritage culturel. Par exemple, c’est la collection de kimonos Itchiku Kubota, le théâtre Kabuki. La culture du Japon est un phénomène unique et distinctif, pas dans le contexte de la culture mondiale, mais aussi parmi d’autres cultures orientales”, a ajouté l’homme d’affaires.

Patokh Chodiev: le chemin vers le succès grâce à la sagesse japonaise

L’homme d’affaires Kazakh affirme que ce sont les Japonais qui l’ont aidé à réussir. Il a beaucoup appris sur eux (le calme, la foi rationnelle en eux-mêmes, le sens pratique et les bonnes valeurs dans la vie).

Les Japonais sont très bien élevés. J’adore leur politesse et leur retenue. Ils ne parlent que pour affaires et respectent toujours les règles d’étiquette. Ils n’attendent pas cela de la part des personnes, tout d’abord, ils surveillent leur comportement, mais si l’interlocuteur se tient poliment, les habitants lui en seront reconnaissants”, a partagé l’homme d’affaires Patokh Chodiev.

Il y a d’autres subtilités que Patokh Chodiev a partagées. Il recommande vivement à quiconque rêve d’aller au Japon de s’en souvenir. Les résidents accepteront ensuite le touriste comme un invité bienvenu.

Règles pour les visiteurs:

Il convient de prendre les rendez-vous à l’avance. Les habitants locaux n’aiment pas ceux qui exigent une réunion immédiate. Tout doit se dérouler toujours selon le plan. À cet égard, les Japonais sont très scrupuleux. Il vaut aussi la peine d’avertir à l’avance de votre absence lors d’un événement particulier.

  • Si la personne a commis une erreur avec le numéro, elle doit s’excuser d’une manière polie pour le malentendu. Soit dit en passant, il y a une histoire intéressante sur les appels téléphoniques et l’homme d’affaires kazakh. Patokh Chodiev a déclaré dans un grand nombre d’interviews que quand il parle aux Japonais au téléphone, il ne peut pas être distingué des autochtones, car il n’a pas d’accent.
  • Les Japonais apprécient vraiment le temps. Il convient de se rappeler que vous ne pouvez pas l’enlever à la personne en vain. Au cours de la réunion, on a besoin de laisser tout le monde s’exprimer, de ne pas interrompre et de terminer la réunion aussi efficacement que possible.
  • Cela vaut la peine, au moins partiellement, de suivre les anciennes traditions japonaises. Par exemple, lors d’une réunion, il vaut la peine d’incliner légèrement la tête en montrant du respect envers la personne que vous rencontrez.

Pour se familiariser vraiment avec la culture locale au Japon, il faut y vivre un moment, pour se plonger un peu plus dans la culture de ce pays. Il est important d’aimer tout ce qu’il contient, comme Patokh Chodiev. Il est venu dans ce pays avec de bonnes pensées, et c’est pourquoi il a appris le plus de sa vie au Japon.

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page