Afrique: le président de la BAD veut taxer les terres non exploitées. Explication

3

Pour le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, il est inacceptable que l’Afrique qui possède 65% de terres arables non cultivées, dépense 35 milliards de dollars par an dans les importations de produits alimentaires.

Publicité

Imposer des impôts sur les terres non exploitées ou sous exploitées, voici la solution trouvée par le président de la Banque africaine de développement (BAD). L’objectif d’Akinwumi Adesina est d’inciter les populations africaines à commercialiser rapidement les produits agricoles et ainsi, permettre au potentiel agricole de l’Afrique d’exploser.

Lors d’une session organisée à l’université de l’Etat de l’Iowa aux Etats-Unis, intitulé « Parier sur l’Afrique pour nourrir la planète », le président de la BAD a expliqué « pourquoi, plus que jamais, le monde devait aider l’Afrique à moderniser rapidement son agriculture et à libérer tout son potentiel », ajoutant, « L’Afrique possède 65% des terres arables non exploitées de la planète. C’est donc l’agriculture africaine qui déterminera l’avenir de l’alimentation dans le monde ».

Le lauréat 2017 du Prix mondial de l’alimentation a également évoqué les défis de la sécurité alimentaire en Afrique. Sur le continent, près de 300 millions de personnes sont sous-alimentées. Pour le président de la BAD, il s’agit « de la seule région du monde où la part de la population confrontée à l’insécurité alimentaire a progressé ».

Akinwumi Adesina a également jugé inacceptable le fait que l’Afrique dépense chaque année 35 milliards de dollars dans l’importation de produits alimentaires, estimant que si la tendance se poursuit, l’Afrique devrait dépenser d’ici à 2030 près de 110 milliards de dollars. « Il n’y a donc absolument aucune raison pour que l’Afrique soit une région importatrice de produits alimentaires », a-t-il déclaré,

Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

3 commentaires

  1. innocent Tchissou sur

    Là n’est pas la solution. L’agriculture occidentale est hautement subventionnée et leurs produits viennent concurrencer nos produits en Afrique car les coûts sont très bas. Comment un agriculteur africain pourrait être encouragé si par exemple au bénin chez moi le riz local coûte au minimum 800cfa alors que le riz importé coûte 300cfa . Nous vendons sur le même marché des produits produits dans des conditions différentes . Le combat est donc ailleurs.

  2. Siedy Maabel KENEMA sur

    Je suis d’accord, Monsieur le President l’insecurite alimentaire est l’un des fléaux récurent en Afrique. Alors que Dieux fasse que votre message tombe dans de bons oreilles des dirigents des pays Africains qui ont connues un peu l’industrialisation. Amen!

  3. Je suis d’accord avec vous Mr le Président,il faut qu’au le monde dépende de l’Afrique en terme d’alimentation tchin

Laissez une réponse

---