Culture & LoisirsPeople

R Kelly et son manager poursuivis pour avoir tenté d’« intimider et réduire au silence » ses accusateurs

R.Kelly et son manager, Donnell Russell, ont été poursuivis par ses accusateurs d’abus sexuels pour avoir prétendument tenté de les intimider avec des tactiques qui incluent l’appel à une menace de tirs dans un théâtre présentant un documentaire sur le chanteur.

Dans de nouveaux documents judiciaires, Lizette Martinez, Lisa Van Allen et Faith Rogers, qui affirment avoir été agressées sexuellement par le condamné de 54 ans, ont allégué que Kelly et son entourage… ont commencé un effort orchestré pour faire taire, harceler, soudoyer et intimider ces braves jeunes femmes, leurs amis et leur famille. Russell a été accusé d’avoir proféré une série de menaces pour tenter d’empêcher le lancement de la série documentaire de 2018 « Surviving R. Kelly » d’aller de l’avant, selon les documents judiciaires de lundi. 

Publicité

« Les accusés ont utilisé des méthodes d’intimidation croissantes, passant de légales à terroristes en quelques heures », a affirmé la poursuite, notant qu’avant l’appel, une lettre de cessation et d’abstention avait été envoyée par les gens de R Kelly pour empêcher la diffusion de la série.

Dans le procès intenté à la Cour suprême de Manhattan, il a été déclaré que la menace théâtrale laisserait une marque émotionnelle durable sur les femmes qui « étaient naturellement terrifiées et exposées ».

Russell, 46 ans, a été arrêté l’année dernière pour avoir prétendument proféré une menace anonyme contre le théâtre Neuehouse le 4 décembre 2018, provoquant une évacuation et faisant dérailler la projection de l’émission.  L’affaire est en instance de jugement. 

Russell et deux autres hommes, Richard Arline et Michael Williams, ont également été accusés d’avoir tenté d’intimider et de soudoyer les victimes de Kelly.  

Arline et Williams ont plaidé coupables dans cette affaire. Il a également été allégué que les accusés étaient au courant des abus de Kelly envers les femmes, mais n’ont rien fait pour les aider, « probablement pour protéger la marque, le nom, la réputation, l’image et la renommée, le succès et les avantages financiers de R. Kelly ».

« Les accusés étaient également au courant et ont agi dans le but de se livrer à des actes d’intimidation, de silence, de menaces et d’agressions physiques (et sexuelles) des femmes qui ont révélé l’inconduite de Kelly.« , selon les documents.

Publicité 2

LIRE AUSSI: Procès de R Kelly: le chanteur refuse de témoigner pour sa propre défense

Le procès a en outre affirmé que R Kelly et ses entreprises auraient dû savoir de quoi Russell était capable et auraient dû protéger les femmes qui racontaient leurs histoires d’abus. R Kelly et ses sociétés ont cependant été accusés d’avoir favorisé « un environnement dans lequel l’inconduite criminelle était le cours normal des obligations de performance des agents».

L’avocate du chanteur, Jennifer Bonjean, a toutefois déclaré à Page Six, « ce procès ne relie en aucun cas M. Kelly aux actes intentionnels présumés de Donnell Russell ». Elle a ajouté que « Ce ne sont que des allégations et lorsque les faits seront démontrés, ce que le public apprendra, c’est que M. Kelly n’a joué aucun rôle dans le harcèlement ou l’intimidation de tout témoin ou individu potentiel. »

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page