Sport

Russie 2018: ce stade avec des tribunes à l’extérieur, affole la toile (photos)

La Ekaterinbourg arena semble être plus un site d’attraction qu’un stade. Afin d’augmenter sa capacité, les autorités russes ont décidé de construire deux tribunes à l’extérieur de l’enceinte.

Publicité

Russie 2018: ce stade avec des tribunes à l’extérieur, affole la toile (photos)

Publicité

Certains spectateurs du prochain match entre la France et le Pérou, le 21 juin à Iekaterinbourg lors de la Coupe du monde, vivront à coup sûr une expérience un peu spéciale. Ils seront peut-être assis dans une tribune placée à l’extérieur du stade du fameux stade de l’Ekaterinbourg Arena.

Les deux tribunes (6 000 places chacune) derrière les buts ont en effet cette configuration temporaire. Afin d’accueillir un maximum de public, elles ont été agrandies en hauteur, ce qui a comme conséquence qu’elles sont à l’extérieur de l’enceinte.

Ces deux tribunes, qui tiennent grâce à des échafaudages, ne sont pas couvertes. Ce qui veut dire qu’en cas de pluie, les spectateurs devront penser à prendre un parapluie. A noter enfin qu’elle seront démontées après le Mondial.

Situé à l’est de l’Oural, le stade construit en 1957, ne comptait que 27 000 sièges.  Autrefois appelé le Stadium central, la Ekaterinburg Arena qui héberge le FC Oural verra sa capacité passer à 36 000 places.

La publication des images de ces tribunes temporaires sur les réseaux sociaux à beaucoup fait réagir les internautes.

Russie 2018: ce stade avec des tribunes à l’extérieur, affole la toile (photos)

L’ajout de ces tribunes était une condition nécessaire pour respecter les règles de la FIFA, qui impose au stade accueillant la Coupe du Monde une capacité minimale de 30 000 places pour les matches du premier tour.

Russie 2018: ce stade avec des tribunes à l’extérieur, affole la toile (photos)

Quatre matches de groupes seront joués sur ce stade et le stade retrouvera son ancienne capacité après la Coupe du Monde.

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

2 commentaires

  1. Vraiment !!!! La sorcellerie c’est les blancs qui le son. Mais positivement. Pour faire avancer le monde. Et, en Afrique, c’est tout a fait le contraire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page