FootballSport
A la Une

Samuel Eto’o accusé de saper l’autorité de Rigobert Song, il répond

Le président de la Fecafoot estime qu’il était dans son droit de s’en prendre aux Lions indomptables, car il veut les voir réussir.

Samuel Eto’o s’est défendu contre les accusations selon lesquelles il aurait sapé l’autorité de l’entraîneur Rigobert Song lorsqu’il s’en est pris à ses joueurs après le match nul 1-1 contre le Burundi en juin dernier, dans le cadre des qualifications pour la Coupe d’Afrique des Nations 2023.

L’ancien capitaine de l’équipe nationale a exprimé sa colère face à la performance des joueurs.

« Je ne suis pas content. Je me fiche de savoir contre qui vous jouez, vous représentez le Cameroun. Je ne suis pas heureux du tout. De mon temps, j’ai raté la Coupe du monde parce que je savais quels problèmes j’avais. Ces problèmes ne se répéteront pas tant que je serai président.

Les places dans cette équipe se méritent. Personne, je le répète, personne n’a de place assurée dans cette équipe. Vous devez faire votre travail. Celui qui vient ici pour porter ce maillot doit faire son travail, sinon, il s’en va et je serai heureux de voir les enfants jouer. »

LIRE AUSSI: CAN 2023/ « Personne n’a sa place assurée dans cette équipe.. » Samuel Eto’o menace son équipe

Cette action a valu au patron de la Fecafoot des critiques. Selon les analystes, il aurait dû laisser Song parler aux joueurs. Cependant, le quadruple joueur africain de l’année estime qu’il était tout à fait dans son droit.

LIRE AUSSI: « Eto’o devient un danger pour lui-même » : le Général Valsero veut remettre le président de la Fecafoot sur les rails

« Je me suis battu pour qu’il soit l’entraîneur, mais je suis le président », a déclaré Eto’o à ITV Sénégal.


« L’entraîneur est choisi et il me rend compte. J’ai le droit d’intervenir si je trouve que quelque chose ne fonctionne pas bien. C’est le rôle du président. Mon travail n’est pas seulement de venir dire que tout va bien, je défends mes joueurs, je le défendrai [Song] jusqu’à ma dernière goutte de sang, mais c’est aussi mon devoir de dire si quelque chose ne va pas. Vous savez parfois quand la passion coule, il est difficile de se contrôler.

Je dois anticiper tous les aspects, car j’ai vu certaines situations qui n’étaient pas ce que je voulais quand j’étais joueur. Non pas parce que nous n’étions pas bons, mais parce que nous n’avions pas réalisé et anticipé le fait que les attentes étaient si élevées et donc nous devons répondre fortement de cette expérience aujourd’hui. Si je vois un joueur qui ne fait pas son travail, je porterai le costume de mon président et celui de la fédération. Mon comité exécutif et moi-même prendrons la décision nécessaire. »

Samuel Eto’o était au Sénégal dans le cadre d’une tournée de promotion de la Coupe du monde 2022 au Qatar dont il est l’ambassadeur.

Crédit photo : camfoot

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page