Société
A la Une

Santé: L’OMS annonce un plan de stérilisation des moustiques mâles

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé son intention de tester une technique de stérilisation des moustiques visant à contenir la propagation de maladies telles que la dengue, le chikungunya et le zika.

Une technique de stérilisation des moustiques (TSM) mâles par irradiation sera bientôt mise à l’essai dans le cadre des efforts mondiaux de lutte contre des maladies telles que le chikungunya, la dengue et Zika. Le processus consiste à élever de grandes quantités de moustiques mâles stérilisés dans des installations spécialisées, puis à les relâcher pour qu’ils s’accouplent avec des femelles dans la nature.

Publicité

La technique des insectes stériles, une forme de «contrôle des naissances» pour les moustiques et autres insectes mortels, a été utilisée dans le passé pour lutter contre les parasites envahissants. Elle a été développée pour la première fois par le ministère de l’Agriculture des États-Unis et a été utilisé avec succès pour cibler les insectes attaquant les cultures et le bétail, en particulier la mouche méditerranéenne des fruits et la mouche du ver du Nouveau Monde.
Elle est maintenant utilisée dans le monde entier pour stimuler l’agriculture.

L’agence des Nations Unies a déclaré avoir récemment observé que cette technique pourrait s’avérer efficace pour lutter contre certaines espèces de moustiques provenant de la propagation de maladies chez l’homme.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) se sont associées à l’OMS pour développer un programme pilote destiné aux pays intéressés à utiliser cette technique pour tester l’impact de la transmission de la maladie.

Une vingtaine de pays dans le monde ont déjà exprimé le souhait de tester la technique des insectes stériles afin de réduire la morbidité due à des maladies telles que la dengue, Zika et le chikungunya. 

Publicité 2


Le paludisme, la dengue, le zika, le chikungunya et les autres fièvres apparentées représentent environ 17% de toutes les maladies infectieuses dans le monde, a déclaré l’OMS, faisant plus de 700 000 victimes par an et un nombre beaucoup plus important d’infections.

L’OMS a déclaré qu’il était devenu nécessaire de trouver une solution durable pour réduire ou éradiquer les moustiques en tant que vecteurs de maladies, la moitié de la population mondiale étant exposée au risque de dengue.

Tags

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer