SantéSénégal

Sénégal: Bientôt un centre nationale de sevrage tabagique

Au Sénégal, le Programme national de lutte contre le tabac PNLT veut mettre en place un centre national de sevrage tabagique.

L’annonce a été faite par le secrétaire général du ministère de la Santé et de l’Action sociale Alassane Mbengue à l’occasion de la journée mondiale sans tabac célébrée le 31 mai.

Publicité

“Le gouvernement s’oriente vers la mise en place d’un centre national de sevrage tabagique. On va aller également vers la facilitation des médicaments génériques de substitution au tabac pour les personnes qui souhaitent arrêter de fumer”, s’est-il prononcé.

Une application timide des mesures

A l’occasion de cette journée s’est tenue une cérémonie officielle avec comme thème “Tabac et cardiopathies”. Au Sénégal, une loi anti-tabac est sortie depuis 2014 et les décrets d’application deux ans plus tard mais sur le terrain, beaucoup de travail reste à être effectué.

Pour le pharmacien Dr Mamadou Tall,

“le Senegal n’a pas les moyens de sa politique ni l’organisation nécessaire pour que cette loi soit appliquée dans toute sa rigueur. La solution serait d’augmenter le prix du tabac soit directement soit en augmentant les taxes. L’interdiction devrait se faire aussi de façon graduelle des établissements éducatifs et de santé et à chaque acquis nous permettra d’étendre le spectre d’application.”

Rencontré par Afrikmag, Dr Tall raconte qu’il avait lui-même commencé à fumer étant jeune.

“J’ai commencé à fumer à l’âge de 14 ans et j’ai arrêté en 2009. La cigarette m’avait métamorphosé, j’avais commencé à noircir et à avoir des boutons. Par volonté, je lui ai tourné le dos”.

A ce jour, même si le Sénégal a élaboré des mises en garde sanitaires, il reste encore beaucoup de travail à faire quant à l’application.

Sensibiliser au niveau de la base

Selon le directeur de la prévention du ministère de la Santé et de l’Action Sociale, le Dr Elhadji Mamadou Ndiaye, “des centres régionaux de sevrage tabagique vont être également mis en place”.

Pour lui, “il s’agit aussi d’augmenter la taxe de sorte qu’elle impacte sur le prix de la cigarette et de mettre à disposition des produits de substitution pour les fumeurs qui souhaitent arrêter”.

Publicité 2


Par ailleurs, le coordonnateur du PNLT veut que cette lutte soit portée jusqu’au niveau des écoles pour préserver les enfants.

“Le PNLT travaille avec le ministère de l’Education dans la lutte contre le tabac. Nous travaillons à introduire la lutte contre le tabac dans la formation des enseignants, car les industries du tabac ciblent les jeunes”.

A cette cérémonie, a pris part le représentant résident par intérim de l’Organisation mondiale de la santé Farba Lamine Sall. Pour lui, “cette journée est une occasion pour mettre en évidence les risques liés au tabagisme dans le monde”. “Des efforts doivent encore être faits pour sensibiliser sur les méfaits du tabac”, a-t-il ajouté.

Tags

Fatou Oulèye SAMBOU

Bonjour Je suis journaliste-productrice sénégalaise. J'aime parler d'actualité, de culture, et de sport. Je suis une passionnée de la vie et de ses merveilles: les voyages, le monde digital, le tourisme, le cinéma et la musique. Je vois toujours le bon côté des choses. Je vous donne rendez-vous sur Afrikmag pour des infos de qualité. fifi.sambou@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer