InsolitesSénégal

Sénégal/ Une fille pose une brique sur son nouveau-né pour le tuer

Pour se débarrasser de son nouveau-né, une jeune fille a utilisé la méthode la plus atroce qui puisse exister. Après l’accouchement, elle a déposé une brique de ciment sur le ventre du bébé.

Mariam Ndiaye, une jeune fille d’une vingtaine d’année a tué son nouveau-né d’une manière très cruelle. Après l’accouchement, elle a déposé une brique de ciment sur le ventre du bébé avant de s’y tenir debout jusqu’à sa mort. Placée sous mandat de dépôt depuis le 20 Mars 2019, l’accusée a été jugée le lundi 08 novembre 2021, à la chambre criminelle de Dakar, après 2 ans détention provisoire.

Publicité

L’histoire remonte à la nuit du 14 au 15 mars 2019. Après être tombée enceinte, Mariam a donné naissance à un bébé de sexe masculin. En ce temps, elle était femme de ménage chez un couple. Elle a dissimulé la grossesse sous prétexte qu’elle ne voulait pas être réprimandée par ses parents. Ayant eu de vives contractions vers 05 heures du matin, elle s’est retirée discrètement à la terrasse.

Sénégal/ Une fille pose une brique sur son nouveau-né pour le tuer

Sans assistance Mariam réussit à accoucher toute seule et tue le nourrisson. Sans même éveiller les soupçons, elle rentre dans l’appartement comme si de rien n’était. Toute la matinée, tout était normal. Mais à midi, quelqu’un a découvert le corps sans vie du nourrisson. Face aux interrogations, la jeune fille a reconnu avoir été enceinte jusqu’à tuer son bébé.

Lire aussi: Zimbabwe: il tombe en « transe » pendant une séance de prière, tue sa femme et leurs 2 enfants

Publicité 2

Devant le juge d’instruction, l’accusée explique que le bébé est né sans nombril. A sa naissance, il a crié trois fois, mais son cœur avait cessé de fonctionner quelques minutes après. Prise de panique, elle dit l’avoir abandonné à la terrasse, incapable de continuer à le regarder. « Toutes mes 3 sœurs ont eu des grossesses hors mariage. Je l’ai fait pour ne pas encore froisser mes parents« , a-t-elle confié.

Le crime d’infanticide étant établi, le parquet a requis 20 ans de réclusion criminelle. L’affaire est mise en délibéré le 22 novembre prochain.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page