DiversInsolitesQuestions Africaines

Découvrez cette tribu qui coupe la peau des jeunes hommes pour ressembler à la peau d’un alligator

En Papouasie-Nouvelle-Guinée dans la région du fleuve Sépik, la tribu des Iatmuls représente un groupe ethnique de 15 000 individus regroupés le long de la partie centrale du fleuve. Ce peuple a une culture curieuse. En effet, elle coupe la peau des jeunes hommes pour avoir une peau semblable à celle d’un d’alligator.

Lorsqu’un garçon de la tribu de la rivière Sepik atteint l’âge adulte, généralement entre 17 ans, il est conduit par les anciens de la tribu. Les anciens le conduisent vers l’endroit où l’opération doit avoir lieu. Chaque garçon, arrivé sur le lieu doit, s’allonger sur le sol.

Publicité

C’est ainsi que l’aîné en charge du rite prend un rasoir ou tout objet pointu pour effectuer la scarification. Alors que le rite se poursuit, l’aîné qui accomplit le rite, en dessinant quelque chose sous la forme d’un alligator sur la peau du garçon. En un mot, il change la texture de la peau naturelle du jeune homme en celui de la peau d’un alligator.

Les anciens de la tribu croient qu’en transformant le corps de leurs jeunes en celui de l’alligator, l’alligator ne se nourrira pas d’eux chaque fois qu’ils rencontreront l’animal marin. Certains même disent que les garçons, lorsqu’ils deviennent la proie d’un autre prédateur, comme le crocrodile, ne sont ni blessés ni avalés car le rite de la cérémonie change la peau des garçons en celle du reptile.

Cela est plus souvent dû au fait qu’ils vivent près des berges des rivières où se trouvent de nombreux alligators et crocrodiles agressifs et gros qui n’attendent que des proies pour se nourrir. Une scarification est une forme d’initiation des jeunes à l’âge adulte.

LIRE AUSSI: Afrique du Sud : sa majesté Shiyiwe Mantfombi Dlamini Zulu, Régente de la Nation Zouloue est décédée

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page