DiversSociété

Un homme et sa sœur se battent pour légaliser l’inceste après avoir eu 4 enfants ensemble

Un Allemand qui a eu quatre enfants avec sa sœur – et qui a ensuite prétendu qu’une condamnation pour inceste violait ses droits de l’homme – continue de demander la suppression des lois interdisant leur relation.

Patrick Stuebing, 44 ans, de Leipzig, a été adopté lorsqu’il était enfant et n’a rencontré sa jeune sœur Susan Karolewski, 37 ans, que lorsqu’il a retrouvé sa famille naturelle à l’âge de 20 ans.

Après avoir emménagé au domicile de leur mère, Stuebing et Karolewski ont commencé à avoir des relations sexuelles un mois après leur rencontre et ont entamé une relation amoureuse.

Le couple, qui a longtemps défendu sa relation, a ensuite eu quatre enfants entre 2001 et 2005 – dont deux sont handicapés.

Au sujet de leur union, Patrick a déclaré : « Nous ne nous sentons pas coupables de ce qui s’est passé entre nous. Nous voulons que la loi qui fait de l’inceste un crime soit abolie. »

Stuebing était le troisième de huit enfants nés dans une famille pauvre, sans éducation et dysfonctionnelle.

Son père violent, aujourd’hui décédé, l’a attaqué avec un couteau lorsqu’il avait trois ans et il a été placé sous la tutelle du tribunal, puis adopté.

Susan est née dans la même famille malheureuse, le jour même où le divorce de ses parents a été prononcé.

Elle a vécu une enfance difficile avec sa mère Ana Maria qui était sans emploi. Il la laissait souvent seule à la maison ou recevait ses amants en sa présence.

Ses six autres frères et sœurs, dont certains sont nés avec des handicaps, sont morts dans leur enfance.  L’un d’eux a été écrasé et tué à l’âge de sept ans. Une autre sœur handicapée mentale est morte à l’âge de huit ans.

À 18 ans, Stuebing a décidé de retrouver ses parents biologiques.  Quatre ans plus tard, il retrouve la trace de sa mère et découvre Susan. Il s’installe chez elle et, chose étonnante, Ana Marie lui permet de partager la chambre de sa jeune sœur.

Parlant de sa relation avec la jeune sœur, alors âgée de 15 ans, en 2007, il a déclaré : « Nous nous couchions tous les deux tard dans la nuit parce que nous parlions de nos espoirs et de nos rêves. »

Six mois plus tard, Ana Marie est morte d’une crise cardiaque. Susan était proche de l’un de ses frères handicapés, André, mais il est décédé la même année.

L’adolescente de l’époque s’en remet de plus en plus à son frère. « La confiance s’est transformée en un autre type d’amour lorsque notre mère est morte six mois plus tard », a-t-elle déclaré.

Quant à lui, il a déclaré : « Je suis devenu le chef de famille et je devais protéger ma sœur.  Elle est très sensible, mais nous nous sommes entraidés pendant cette période très difficile et cette relation a fini par devenir physique. »

Le couple a commencé à coucher ensemble des mois plus tard, et il a été révélé plus tard au tribunal qu’ils avaient couché ensemble seize fois entre janvier et août 2001.  Ils utilisaient rarement des préservatifs.

« Nous ne savions même pas que nous faisions quelque chose de mal lorsque nous avons commencé à coucher ensemble. Nous n’avons pas pensé à utiliser un préservatif. Nous ne savions pas que c’était illégal de coucher ensemble. Notre mère n’aurait pas approuvé, mais les seules personnes qui devraient nous juger maintenant, c’est nous », a-t-il expliqué.

En octobre 2001, à seulement 16 ans, Susan a donné naissance à un petit garçon, Erik. Il a été pris en charge et aujourd’hui, à vingt ans, il peut à peine marcher ou parler correctement.

Sarah, aujourd’hui âgée de 19 ans, est née en 2003 et souffre d’un handicap similaire. Elle a également été prise en charge, tout comme Nancy, âgée de presque 18 ans, qui semble être normale. Sophia, aujourd’hui âgée de 17 ans, est née pendant que Stuebing était en prison.

Prise en charge par les services sociaux allemands, Susan a tenté de cacher sa grossesse en portant des vêtements amples.

Elle a accouché seule dans la baignoire. Stuebing a depuis été stérilisé, croyant à tort que s’il n’avait plus d’enfants avec sa sœur, il échapperait à la prison. Et pourtant, tous deux sont apparemment dans le déni des handicaps de leurs enfants, malgré l’avis des experts.

« Deux de nos enfants sont handicapés. Mais, cela n’a pas nécessairement à voir avec le fait que nous sommes frères et sœurs. Il y a d’autres personnes handicapées dans notre famille. Nous avions six frères et sœurs qui, dans certains cas, n’ont pas survécu parce qu’ils étaient handicapés », affirme Stuebing.

Le couple a été jugé pour inceste en 2002. Stuebing a été condamné à un an de prison avec sursis après avoir été reconnu coupable de tous les chefs d’accusation. Susan, alors âgée de 17 ans, a été traitée comme une mineure et placée sous la responsabilité des services de la jeunesse.

Mais après la naissance de deux autres enfants, le tribunal n’a pas été aussi indulgent. Stuebing est finalement condamné à dix mois de prison.

Ils se sont retrouvés au tribunal en 2005 à cause de leurs autres filles et Stuebing a été condamné à deux ans et demi pour avoir commis à nouveau un inceste.

Lorsqu’il a été emmené en prison, Susan, en larmes, a déclaré aux journaux allemands qu’elle ne pouvait pas vivre sans lui. Stuebing a menacé de se suicider. Pourtant, pendant que son frère était en prison, Susan a conçu un cinquième enfant avec un autre homme.

Cependant, lorsqu’il est sorti de prison, ils se sont remis ensemble. « Je suis si heureuse que Patrick soit là et que je l’aie à nouveau. J’ai besoin de lui », a-t-elle confié aux journalistes.

À son tour, Stuebing a déclaré aux caméras : « Je vais bien. Je serai toujours là pour Susan et les enfants. »

Le couple n’a cessé de défendre leur relation. « Nous ne nous connaissions pas dans notre enfance. Ce n’est pas la même chose pour nous. Nous sommes tombés amoureux à l’âge adulte et notre amour est réel. Il n’y a rien que nous puissions faire à ce sujet. Nous étions tous les deux attirés l’un par l’autre et ensuite la nature a pris le dessus sur nous. C’était aussi simple que ça. Que pouvions-nous faire d’autre ? Nous avons suivi nos instincts et nos cœurs », a déclaré Susan.

Après avoir juré de changer les lois allemandes rendant les relations sexuelles entre frères et sœurs illégales, ils ont porté leur affaire devant la Cour des droits de l’homme en 2012.

L’affaire a suscité des appels pour que l’Allemagne rejoigne des pays comme la France, la Turquie, le Japon et le Brésil en légalisant les relations sexuelles entre frères.

Ils ont toutefois perdu leur procès.  La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) de Strasbourg, en France, a jugé que l’Allemagne avait le droit d’interdire l’inceste.

L’Allemagne, comme la plupart des 47 États membres du Conseil de l’Europe, interdit les actes sexuels consensuels entre frères et sœurs adultes, a déclaré la CEDH.


Cependant, en 2014, le Conseil d’éthique allemand a fait une volte-face choquante et a voté en faveur de l’autorisation de l’inceste entre frères et sœurs.

Après avoir examiné le cas du couple, il a déclaré que le risque de handicap n’était pas suffisant pour justifier la loi.

Le couple vit toujours ensemble dans l’est de l’Allemagne, où l’inceste entre frères et sœurs est toujours illégal.  

Patrick Syuebing a été transféré dans un foyer d’accueil en Allemagne de l’Est lorsqu’il a été attaqué par leur père il y a des décennies. Après plus de 20 ans, il a retrouvé sa jeune sœur Susan Karolewski. Six mois après avoir retrouvé sa famille biologique, Patrick, alors âgé de 23 ans, et Susan, handicapée mentale, ont commencé à partager une chambre après le décès de leur mère, Ana Marie.

Leur couple illégal a depuis produit quatre enfants, dont deux gravement handicapés. En 2001, le couple a commencé à essayer de changer les lois allemandes qui interdisent les relations s3xuelles entre frères et sœurs. En 2012, ils ont porté leur affaire devant la Cour des droits de l’homme.

À l’époque, Patrick aurait déclaré : «Nous ne nous sentons pas coupables de ce qui s’est passé entre nous. Je suis devenu chef de famille et je devais protéger ma sœur. Elle est très sensible mais nous nous sommes entraidés pendant cette période très difficile et finalement cette relation est devenue physique. Nous ne savions même pas que nous faisions quelque chose de mal quand nous avons commencé à coucher ensemble. Nous n’avons pas pensé à utiliser un préservatif. Nous ne savions pas qu’il était illégal de coucher ensemble. »

Patrick a ajouté que leur mère n’aurait « pas approuvé » la relation entre lui et sa sœur, a rapporté The Mirror.

Susan a défendu la relation qu’elle entretient avec son frère en disant: « Nous ne nous connaissions pas dans l’enfance, ce n’est pas la même chose pour nous. Nous sommes tombés amoureux à l’âge adulte et notre amour est réel. Nous ne pouvons rien y faire. Nous étions tous les deux attirés l’un par l’autre, puis la nature a pris le dessus sur nous. C’était aussi simple que cela. Que pouvions-nous faire d’autre ? Nous avons suivi nos instincts et nos cœurs. »

LIRE AUSSI: Australie: un homme et sa sœur ont 4 enfants ensemble après des années d’inceste

Le couple a porté son affaire jusqu’à la Haute Cour, Patrick purgeant une peine pour avoir enfreint les lois allemandes sur l’inceste. Patrick a ensuite subi une vasectomie dans le but de changer l’avis des tribunaux pour lui permettre de vivre avec sa sœur sans risquer une nouvelle peine de prison.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page