À la UneMonde
A la Une

Une balle à la tête, les yeux crevés : une ancienne policière afghane raconte l’attaque des talibans contre elle

Les talibans n’ont pas changé. Ils sont les mêmes qu’il y a 20 ans », a déclaré Khatera Hashmi, une ancienne policière afghane de 33 ans. Son visage est un témoignage vivant des pratiques barbares des talibans : alors qu’elle était enceinte, Khatera Hashmi a été enlevée par le groupe d’insurgés purs et durs et torturée. Elle a reçu plusieurs balles et ses yeux ont été crevés au mois de juin 2020.

« Pour les talibans, le plus grand péché qu’une femme puisse commettre est de sortir de chez elle pour travailler. Ce qui m’est arrivée arrive aussi à beaucoup d’autres femmes en ce moment. Mais elles ne peuvent pas sortir et le dire parce qu’elles ont peur », a déclaré Khatera Hashmi lors d’une conversation exclusive avec India Today TV.

Publicité
Une balle à la tête, les yeux crevés : une ancienne policière afghane raconte l'attaque des talibans contre elle

Hashmi vit maintenant en Inde, mais raconter ses expériences déchirantes dans son pays d’origine la laisse encore tremblante et au bord des larmes. Au nom de l’islam, les talibans ont terrorisé le peuple afghan, a-t-elle déclaré.

Trahie par son propre père qui s’est opposé à sa décision de rejoindre la police, Khatera Hashmi a déclaré qu’elle n’avait appris que son « Abbu »(père) était impliqué avec les talibans qu’après l’attaque contre elle. Son père était au courant de ce qui allait lui arriver mais n’a rien fait pour la protéger, a-t-elle affirmé.

LIRE AUSSI: https://www.afrikmag.com/afghanistan-droit-des-femmes-un-porte-parole-des-talibans-met-en-garde-les-etats-unis/

« Un jour, alors que je revenais du travail, trois talibés attendaient près de chez moi. Ils m’ont attaquée, m’ont poignardée huit à dix fois avec des couteaux. Ils m’ont tiré dessus, j’ai perdu connaissance quand une balle a touché la tête, ils m’ont crevé les yeux avec leurs couteaux », a détaillé Hashmi.

« Aux yeux des talibans, les femmes ne sont pas des êtres humains vivants et respirants, mais simplement de la viande et de la chair à battre », a déclaré Khatera, qui vit maintenant à Delhi et n’utilise qu’un seul nom.

Une balle à la tête, les yeux crevés : une ancienne policière afghane raconte l'attaque des talibans contre elle

Après l’agression, elle a été transférée dans un hôpital de Kaboul où les médecins lui ont sauvé la vie. Cependant, ils ne pouvaient rien faire pour sa vue, qui a disparu pour toujours.

« Je suis devenue un cadavre vivant. Je respire mais chaque jour de ma vie est un combat, faire même les choses les plus simples est un défi pour moi », a-t-elle déclaré.

Alors qu’elle était en Inde pour un traitement médical avancé, la situation a commencé à se détériorer en Afghanistan. Après une offensive de plusieurs semaines des talibans, le gouvernement afghan s’est effondré et le groupe militant a pris le contrôle du pays.

Publicité 2

LIRE AUSSI: https://www.afrikmag.com/les-talibans-aimeront-nous-tuer-les-temoignages-glacants-dun-homosexuel-pris-au-piege-en-afghanistan/

Hashima a déclaré qu’elle était inquiète pour ses enfants qui sont en Afghanistan, mais qu’elle ne peut pas rentrer chez elle parce que les talibans la recherchent après avoir découvert qu’elle est en vie.

Une balle à la tête, les yeux crevés : une ancienne policière afghane raconte l'attaque des talibans contre elle

« La dernière fois que j’ai parlé à mes enfants, c’était il y a neuf ou dix jours. Ils ont dit que les talibans venaient frapper à leurs portes, que ce soit le jour ou la nuit, demandant quand mon mari et moi reviendrons. Les talibans les ont menacés en disant « nous vous ferons tout si vos parents ne reviennent pas ». Je n’ai plus parlé à mes enfants depuis. Peut-être qu’ils ont quitté la maison et se sont cachés. Je ne sais pas s’ils sont morts ou vivants, dit-elle en essuyant les larmes sur son visage.

Pendant qu’elle était policière, Khatera Hashmi a été témoin d’atrocités indicibles commises contre des femmes par les talibans. Elle avait l’habitude de rendre visite à ces femmes chez elles et voulait se battre en leur nom, ce qui n’était pas apprécié par les insurgés, a-t-elle déclaré. Compte tenu de leurs antécédents, elle ne croit pas aux promesses des talibans de modération et de plus de droits pour les femmes.

Amadou Bailo Diallo

Je suis Amadou Bailo Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Je représente AfrikMag en Guinée aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page