DiversSociété

Une femme accusée d’avoir secrètement vendu des cadavres

Une entrepreneuse américaine de pompes funèbres a vendu des cadavres contre de l’argent, puis a menti aux familles en deuil au sujet de leurs proches en leur disant que les corps ont été incinérés.

Megan Hess du Colorado aux États-Unis remettait des urnes remplies de fausses cendres pour cacher son arnaque, donnant même un mélange de béton à la place des restes de leur parent. La femme de 45 ans, qui avait précédemment nié toutes les accusations portées contre elle, a finalement admis la vérité choquante alors qu’elle plaidait coupable devant le tribunal plus tôt cette semaine. 

Une enquête du FBI a révélé que Hess avait falsifié des dizaines de formulaires de consentement de donneur de corps à son salon funéraire Sunset Mesa dans la ville de Montrose, avant de vendre diverses têtes, bras, et jambes à la recherche médicale et – le plus macabre de tous – d’extraire et de vendre les dents en or de certains des défunts. 

Hess, qui est accusée de récolte de corps de 2010 à 2018 aux côtés de sa mère Shirley Koch, aurait également utilisé les milliers de dollars qu’elle a gagnés pour financer un voyage à Walt Disney World. Facturant 1 000 $ par crémation, elle s’est également attaquée aux familles les plus pauvres en leur offrant ses services gratuitement, pour ensuite se débarrasser des cadavres à son profit.

Invité par le juge à décrire dans ses propres mots les crimes qu’elle a commis, Hess avait d’abord qualifié sa situation de  » parodie juridique « , mais a ensuite convenu avec l’accusation qu’elle avait fraudé ses victimes. “Rencontre avec l’hospice le 4… ouvrant les vannes des donneurs », aurait-elle écrit dans un message à un acheteur potentiel de parties du corps en 2014.

“Ils ont quatre ou cinq morts par jour. Préparez-vous ! Que diriez-vous d’un accord sur des colonnes vertébrales entièrement embaumées… 950 $ ? »

La mère et la fille sont également accusées d’avoir expédié les corps de ceux qui avaient été testés positifs ou décédés de maladies telles que l’hépatite B et C et le VIH, tout en disant aux acheteurs que les restes étaient exempts de maladie.  

Bizarrement cependant, alors qu’il est illégal de vendre des organes tels que des cœurs, des reins et des tendons pour la transplantation aux États-Unis, la vente de cadavres et de parties du corps à des fins de recherche ou d’éducation n’est pas réglementée par la loi fédérale. 


LIRE AUSSI: Ghana: l’eau de toilette des cadavres recherchée pour des rituels, révèle un morguier

Avant ses récents plaidoyers de culpabilité, Hess devait être jugée dans les semaines à venir, tandis que Koch – qui avait également plaidé non coupable auparavant – devait assister à une audience de changement de plaidoyer le 12 juillet.

Hess risque d’être condamné à une peine pouvant aller jusqu’à 15 ans de prison .

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !!