À la Une Société USA

Une femme appelle le 911 pour signaler une violence domestique et est abattue par la police

Une femme de 27 ans, qui a appelé le 911 pour signaler qu’elle était attaquée par son ex-petit-ami, a été mortellement abattue par un adjoint du shérif du comté de Los Angeles qui s’est rendu sur les lieux, ont indiqué les avocats de sa famille et des responsables de la police. Selon The Guardian , l’adjoint qui a ouvert le feu sur Niani Finlayson a également abattu une autre personne dans une situation similaire trois ans auparavant.

Dans un communiqué, le département du shérif de Los Angeles (LASD) a déclaré que l’incident mortel du 7 décembre s’était produit après que Finlayson avait contacté la police et « avait signalé que son petit ami ne la laissait pas seule et qu’alors des cris et des bruits de lutte pouvaient être entendus ».

L’avocat de la famille de la femme décédée a déclaré que les policiers qui se sont rendus à l’appartement de Lancaster ont entendu des cris, ajoutant que Finlayson avait également été blessée par son ex-petit-ami à l’époque et que sa fille de 9 ans était également avec elle. L’avocat de la famille a également déclaré que Finlayson souhaitait que son ex-petit-ami soit expulsé de l’appartement.

Mais ce qui a conduit l’adjoint Ty Shelton à tirer mortellement sur Finlayson n’a pas encore été révélé. Le LASD n’a pas encore rendu publiques les images de surveillance de l’incident. Le LASD a également déclaré que Finlayson était en possession d’un couteau et menaçait son ex-petit-ami avant que Shelton ne lui tire dessus et ne la tue. Mais sa famille a déclaré qu’elle était une victime de violence domestique qui avait besoin d’aide et ne constituait pas une menace pour les députés qui ont répondu.


« La police a menti en disant que ma mère les menaçait », a déclaré la fille de Finlayson, Xaisha, lors d’une conférence de presse le 22 décembre, selon The Guardian . « Elle était ma meilleure amie. Elle a toujours été là pour moi. C’est incroyable qu’elle soit partie et qu’elle ne revienne pas. Ma mère me manque. »

La famille de Finlayson a depuis intenté une action en justice contre le comté et le département du shérif. Ils accusent les accusés de mort injustifiée, d’agression et de violations des droits civils.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *