À la UneMonde

Une femme transgenre de 23 ans exécutée par son frère dans un « crime d’honneur », Les Etats-Unis réagissent

Une femme transgenre de 23 ans a été tuée par son frère au Kurdistan irakien.

Doski Azad, qui était maquilleuse, est décédée dans un soi-disant « crime d’honneur » lorsque son frère disparu depuis longtemps Chakdar Azad lui a tiré dessus, a annoncé la police.

La police a appris la mort de Mme Azad trois jours plus tard, après avoir reçu un appel d’un homme qui s’est présenté comme un autre frère de la victime. Mme Azad a été retrouvée morte dans le village de Mangesh, à environ 20 km au nord du centre-ville de Duhok.

Aucune arrestation n’a été effectuée et le suspect a fui le pays, a rapporté Ekurd Daily. 

Mme Azad, qui a quitté la maison il y a plus de cinq ans, avait reçu de multiples menaces de sa famille en raison de son identité alors qu’elle avait établi sa propre vie en tant que femme et travaillait dans un salon. 

Une femme transgenre de 23 ans exécutée par son frère dans un "crime d'honneur", Les Etats-Unis réagissent

S’adressant à Rudaw, son oncle Dlovan Sadiq a déclaré: «Elle a quitté la maison il y a cinq ou six ans, je ne l’avais pas revue depuis. Doski a fait une erreur.

Un de ses amis a également déclaré à la publication que le père de Mme Azad lui avait pris sa carte d’identité et son passeport, mais qu’elle « semblait les avoir récupérés parce qu’elle avait passé le Nouvel An à Dubaï ».

Une autre source a également déclaré à Rudaw que son frère avait fui le pays le 30 janvier et s’était rendu au nord de la Turquie pour éviter d’être suivi.

Le consulat général des États-Unis à Erbil, la capitale kurde irakienne, a condamné le meurtre dans un communiqué : « Nous condamnons catégoriquement cette violence et la discrimination qui sont sans aucun doute à l’origine de ce crime ».

Une femme transgenre de 23 ans exécutée par son frère dans un "crime d'honneur", Les Etats-Unis réagissent

 »Nous demandons aux autorités d’enquêter de manière approfondie sur ce meurtre et de poursuivre l’auteur avec toute la rigueur de la loi.  »

La police de Duhok a déclaré que c’était la famille de Mme Azad qui leur avait dit qu’elle avait été tuée par son frère et avait indiqué où se trouvait son corps.

S’adressant aux médias locaux, le directeur du district, Brendar Dosky, a déclaré que le mobile du meurtre était probablement l’identité transgenre de Mme Azad, mais « il s’agit d’informations préliminaires et il faut une enquête détaillée ».


Le corps de Mme Azad aurait été examiné pour la dernière fois par des équipes médico-légales. 

Une femme transgenre de 23 ans exécutée par son frère dans un "crime d'honneur", Les Etats-Unis réagissent

Sa famille a appelé la police vers 15 heures le 31 janvier. Le frère de Mme Azad serait rentré au Kurdistan en janvier.

Un mandat d’arrêt contre le suspect, qui vit prétendument en Allemagne, a été émis, a rapporté VOA. 

Les militants ont déclaré que ce meurtre en particulier était « gravement préoccupant » pour les personnes transgenres de la région, a déclaré une militante des droits des femmes à la publication.

Hafya Doski a déclaré: « Ils se sentent déjà discriminés dans notre société et des attaques comme celle-ci ne font qu’exacerber ces craintes. »

Amadou Bailo Diallo

Je suis Amadou Bailo Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Je représente AfrikMag en Guinée aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !!