Afrique

Voici comment la visite de la princesse Diana en Angola en 1997 a contribué à rendre le monde meilleur (vidéo)

Lorsque le prince Harry a fait un voyage en Angola en septembre 2019 dans le cadre de sa tournée en Afrique australe, il poursuivait l’héritage de sa mère, la princesse Diana. Le voyage emblématique de Diana en Angola en 1997, au cours duquel elle a visité un champ de mines actif, a changé le débat sur les mines terrestres.

En effet, son voyage dans le pays a débouché sur un traité international visant à interdire les mines terrestres la même année. Quelques mois plus tard, la « princesse du peuple » meurt dans un accident de voiture à Paris, la capitale française.

Publicité

Considérée comme l’une des femmes les plus célèbres du monde à l’époque et aujourd’hui, Diana n’était pas seulement connue pour être une icône de style mais aussi pour son travail humanitaire. Elle a travaillé pour plusieurs organisations caritatives, utilisant sa notoriété pour sensibiliser le public à de nombreux problèmes humanitaires. Ses activités philanthropiques l’ont amenée à visiter un certain nombre de pays africains. Elle a rencontré certains dirigeants africains, dont le Zimbabwéen Robert Mugabe, lors d’une visite à Harare. Elle a également rencontré le leader anti-apartheid Nelson Mandela dans sa résidence en Afrique du Sud et les deux ont échangé sur le SIDA.

En janvier 1997, lors de sa visite en Angola, ses enfants, le prince William et le prince Harry, étaient âgés de 14 et 12 ans. Elle venait de divorcer du prince Charles. La Croix-Rouge britannique, à laquelle elle participait, a organisé son voyage en Angola, où elle a pris connaissance du travail de HALO Trust, une organisation à but non lucratif qui s’employait à déminer l’Angola depuis 1994, au milieu de la guerre civile qui sévissait à l’époque.

Au cours de sa visite, elle n’a pas seulement rencontré des victimes d’attaques de mines terrestres, mais a également visité l’un des champs de mines actifs (un champ de mines à Huambo, dans le centre de l’Angola) aux côtés d’étudiants de HALO et d’autres experts. Les photos de sa visite ont fait la Une des médias internationaux, attirant l’attention du monde sur l’Angola et ses mines terrestres.

« Pour les personnes qui étaient ici à cette époque, qui était évidemment encore une période de conflit, cela a conduit à un sentiment de reconnaissance », Ralph Legg, gestionnaire de programme des opérations de HALO Trust en Angola, a été cité par TIME en 2019. « Les personnes à qui j’ai parlé et qui ont rencontré Diana lors de ce voyage ont toutes dit à quel point elle était gentille, prévenante et semblait sincèrement s’intéresser à eux ».

Diana, alors qu’elle était en Angola, a appelé à une interdiction internationale des mines terrestres. Mais son appel a suscité des critiques de la part de certains législateurs britanniques, qui l’ont qualifiée de « canon libre » et ont déclaré qu’elle était « en décalage avec la politique du gouvernement sur la question », rapporte le TIME.

Néanmoins, Diana influencera grandement les mesures prises pour interdire les mines terrestres. Son voyage en Angola a donné naissance à la Convention de 1997 sur l’interdiction de l’emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction – l’accord international qui interdit les mines terrestres antipersonnel. Il est généralement appelé « Convention d’Ottawa » ou « Traité d’interdiction des mines antipersonnel ».

Publicité 2

Le traité a été signé quelques semaines après la mort de Lady D. Bien qu’elle n’ait pas été présente lors de la signature du traité, elle a été saluée pour son action car, selon certains rapports, le traité rédigé à Oslo « a pris l’allure d’un mémorial humanitaire à Diana et à sa cause ».

De plus, les experts affirment que la sensibilisation de Diana aux mines terrestres en Angola lors de son voyage a aidé le pays à se remettre de sa guerre civile qui a duré des décennies.

Crédit photo : facetofaceafrica

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page