Divers

Voici Pourquoi certains artistes ne veulent plus être célèbres

“J’aime être célèbre”, a dit le comédien américain Chris Rock. “C’est presque comme être blanc”.

Mais un nombre croissant d’artistes préféreraient avoir du succès sans l’encombrement de la gloire.

De l’artiste de rue, Banksy au phénomène littéraire italien Elena Ferrante, une nouvelle marque de créateur rejettent activement les feux de projecteurs et font tout leur possible pour l’éviter.

Même les premiers romanciers, dont les éditeurs sont souvent désespérés de sortir et de promouvoir leur travail, se moquent de la célébrité.

Un jeune romancier français, qui écrit sous le pseudonyme de Joseph Andras, a rejeté le premier prix du pays  l’année dernière parce que cela menaçait son anonymat.

Comme Ferrante, dont le quatuor de Naples est devenu un énorme best-seller international, Andras refuse d’être photographié et ne fait des interviews que par e-mail.

«Un boulanger fait du pain, un plombier débloque les pipes et les écrivains écrivent», a-t-il déclaré dans sa seule interview accordée au journal communiste L’Humanité. “Tout est dans le livre, je ne vois pas vraiment ce que je dois ajouter”, a poursuivi l’écrivain.

Ferrante se sent “libre”

La motivation de Ferrante était similaire. «J’ai simplement décidé une fois pour toutes, il y a plus de 20 ans, de me libérer de l’anxiété de la notoriété et de l’envie de faire partie de ce cercle de personnes qui réussissent», a-t-elle déclaré au magazine Vanity Fair.

«Grâce à cette décision, j’ai gagné un espace qui est libre, où je me sens active et présente … Pour ceux qui aiment la littérature, les livres suffisent», a-t-elle ajouté.

Mais cela n’a pas empêché sa véritable identité de devenir une cible presque obsessionnelle pour les  médias, avec un journaliste d’investigation italien affirmant l’année dernière l’avoir démasquée en suivant la piste bancaire de ses éditeurs.

Le secret autour de l’artiste britannique Banksy a également engendré de nombreuses théories sur sa vraie identité. La  dernière affirme qu’il était un membre du groupe trip hop Massive Attack, qui, comme lui, a émergé de la ville anglaise de Bristol.

Alors que les rédacteurs de Ferrante continuent à refuser de confirmer si elle est, comme les rapports l’affirment, la traductrice romaine Anita Raja, ils ont condamné les méthodes utilisées pour la nommer, disant à l’AFP qu’elles  étaient similaires à celles utilisées pour tracer les patrons de la mafia.

«C’était comme si elle n’avait pas le droit au succès sans jouer le jeu», a déclaré son éditeur français Vincent Raynaud, de Gallimard.

Acte de résistance

Philip Auslander, professeur de littérature à l’Institut de technologie de Géorgie, a déclaré qu’en insistant sur l’anonymat, Banksy et Ferrante avaient, en quelque sorte, donné aux journalistes “de relever le défi d’essayer de découvrir leur identité”.

“Dans la littérature, en particulier, nous avons le  sentiment que … les auteurs de fiction s’expriment en quelque sorte, ce qui nous donne envie de savoir quelque chose sur la personne qui a produit la fiction”, a-t-il dit.

Auslander a fait une distinction entre Ferrante et l’écrivain américain J.D. Salinger mais aussi le groupe pop Daft Punk, qui ne sont jamais vus en public sans leur casque de robot.

Salinger et Ferrante “sont des artistes exclusifs qui voulaient créer, mais ne voulaient pas la visibilité et la publicité qui vient avec le succès créatif”, déclare-t-il. Avant de poursuivre :

“Les artistes qui se déguisent protègent eux aussi leur vie privée, mais je pense qu’ils suggèrent également que ce sont leurs personnages qui sont des acteurs importants et non pas leurs identités privées”.

Mais le sociologue Stéphane Hugon, de l’université de la Sorbonne à Paris, a soutenu que pour les artistes le fait de cacher  leur vraie identité était un véritable “acte de résistance” dans une ère obsédée par la célébrité et la transparence.

La demande de Banksy pour la vie privée rime avec sa position politique appelant à la fin de gros écoutes sur Internet.

“Quand nous saurons enfin qui est Elena Ferrante, nous serons déçus”, a ajouté Hugon. “Le secret réinjecte un peu de mystère dans un temps qui a vraiment besoin d’un peu de fiction”, a-t-il conclu.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Back to top button