DiversSociété

Zimbabwe: un homme bat sa femme pour avoir refusé de chanter à des funérailles

Un homme de 39 ans de la banlieue de Mzilikazi au Zimbabwe a été condamné à une amende de 5 000 dollars pour avoir agressé sa femme l’accusant de n’avoir pas chanté lors d’un enterrement.

L’État représenté par Owen Mugari a déclaré que Mhlanga, un coiffeur, et son épouse Sikhulekile Moyo, 40 ans, venaient d’un enterrement dans la même banlieue dimanche soir lorsqu’il lui a demandé pourquoi elle ne chantait pas à l’enterrement.

Publicité

 ‌Un malentendu s’en est suivi conduisant Mhlanga à agresser sa femme.  Moyo, qui n’a subi aucune blessure, a signalé l’affaire à la police, ce qui a conduit à l’arrestation de Mhlanga.  

LIRE AUSSI: Nigeria : un homme bat sa femme pour avoir commencé un petit commerce sans son consentement (vidéo)

Lucas Mhlanga âgé de 39 ans a plaidé coupable pour voies de fait lors de sa comparution devant la magistrate de Bulawayo, Mme Nomagugu Maphosa, lundi.

La femme a présenté un affidavit au tribunal dans l’intention de retirer l’affaire en disant qu’elle lui avait pardonné car Mhlanga avait promis de ne plus l’agresser.

Mhlanga a blâmé l’alcool pour ses actions et a plaidé pour la clémence du tribunal. 

« Je suis désolé envers ma femme et le tribunal honorable. J’ai agi sous l’influence de l’alcool et je ne savais pas que punir ma femme est un délit. Maintenant que je sais, je ne le referai plus jamais », a déclaré Mhlanga.

Le juge a déclaré que le tribunal considérait le fait que la plaignante avait rendu un affidavit dans l’intention de retirer l’affaire, et qu’elle était l’épouse de l’accusé, et que le couple avait un enfant mineur.

 ‌The Chronicle rapporte que Mhlanga a été condamné à payer 5 000 $ avant le 30 mai ou à passer 60 jours en prison.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page