Guinée/Mines: la Banque mondiale sollicitée pour améliorer les procédures de délivrance des permis et autorisations

0

Le gouvernement guinéen s’est engagé à améliorer le climat des affaires dans le secteur minier dans le souci de mettre en valeur ses nombreux projets miniers pouvant créer plusieurs emplois pour la jeunesse, rapporte le site guinéen guineenews.
C’est dans ce cadre que la Guinée a initié, avec l’appui de la Banque Mondiale, un projet d’identification des contraintes liées aux procédures administratives pour obtenir des permis, licences et autorisations dans le secteur minier.
Le rapport de ce travail fait par le cabinet « Emergence Legal » a été présenté vendredi dans un réceptif hôtelier à Conakry, en présence des représentants du gouvernement, de la Banque Mondiale et des différentes sociétés minières évoluant en Guinée.
Selon ce rapport, des contraintes pèsent lourdement sur les opérateurs miniers, notamment les sous-traitants, fournisseurs et partenaires dans le cadre des travaux.
Pour Patrick Sergant du cabinet « Emergence Legal », les investisseurs miniers sont confrontés à plusieurs contraintes qui se résument entre autres, au retard de la délivrance des autorisations, des permis et des licences.
M. Sergant a indiqué qu’il faut que les textes soient plus lisibles, plus fluides, plus simples et plus maniables à la fois par l’administration et par les investisseurs miniers.
« Il faut juste rationnaliser les procédures pour que les gens soient au courant et que les textes et ces procédures soient connus de tous », a-t-il recommandé.
Quant à Cécé Noramou du ministère des Mines, l’administration publique doit s’investir davantage à améliorer le climat des affaires dans le secteur minier en Guinée.
« Si nous n’avons pas une administration proactive pour pouvoir délivrer les permis à temps, nous ne pourrons pas améliorer le climat des affaires dans le secteur minier. Il faut donc que notre administration soit performante pour améliorer le secteur minier du pays au classement mondial », a-t-il déclaré.
« Cela nécessiterait la prise en compte de tous les textes et lois qui régissent nos différentes administrations en vue de faire un travail de maping des textes et lois pour ressortir département par département, les autorisations, les permis et les actes nécessaires pour exécuter les travaux’, a ajouté M. Noramou.
Selon lui, le rapport de ce travail a été partagé, afin de pouvoir faire la quintessence de tout cela à travers un plan d’action pouvant mettre en œuvre toutes les recommandations issues de cette rencontre.
En outre, selon le Directeur du programme de développement du secteur privé au Groupe de la Banque Mondiale, Habib Hann, l’amélioration du climat des affaires dans le secteur minier reste une priorité essentielle pour son institution et le gouvernement guinéen.
« Nous nous sommes rendus compte qu’il y a dans ce secteur des difficultés liées à l’obtention des permis, licences et autorisations. Ces actes ne sont pas propres seulement au secteur minier; c’est une problématique qui touche tous les secteurs économiques de ce pays. Donc toutes les réformes et les résultats qui découleront de l’amélioration de ce processus d’obtention de ces permis, licences et autorisations, vont s’étendre au reste des autres secteurs économiques du pays », a-t-il rappelé.
« On se focalise aujourd’hui sur le secteur minier, sachant que cela va toucher les autres secteurs dans le sens positif. C’est dans ce cadre que le gouvernement guinéen a saisi le Groupe de la Banque Mondiale pour l’assister à mettre en œuvre le décret présidentiel du 14 janvier 2015, relatif à la facilitation et au suivi des investissements miniers intégrés pour assister la Guinée à concrétiser ses projets miniers », précisé Habib Hann.
A souligner que le rapport final du diagnostic des permis, licences et autorisations dans le secteur minier en Guinée est attendu dans les prochains mois.

Publicité
Publicité



Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Laissez une réponse