Côte d'Ivoire

7 ans de prison pour un ancien militaire de la sécurité de Gbagbo…La raison!

Charles-Olivier Rabet, ancien militaire et ex-membre du Groupe de sécurité présidentielle est poursuivi depuis quelques temps pour l’enlèvement et la séquestration de l’avocat français maître Xavier Ghelber à Abidjan.

A cet effet, il a comparu  vendredi dernier devant le tribunal de Paris qui l’a reconnu coupable des faits.  Cet ancien membre de la garde rapprochée de l’ex-chef d’Etat ivoirien Laurent Gbagbo a été condamné à 7 ans de prison. Le verdict est tombé ce lundi 13 février

Publicité

Tout commence en 2004, lorsque maître Xavier Ghelber se rend à Abidjan pour une enquête portant sur la filière Café-Cacao, pour le compte de l’Union Européenne.

D’après le témoignage de Xavier Ghelber , Il était 5 h du matin le 7 novembre 2004 lorsqu’il fût réveillé par de violents coups frappés à la porte de sa chambre de l’hôtel Ivoire. Des soldats le somment de les suivre et lui demandent de « mettre un sac blanc sur la tête », ce qu’il refuse de faire. Agacé, un militaire avait alors « tiré une rafale de kalachnikov », en blessant un autre. Des 5 militaires impliqués, seul Charles-Olivier Rabet était présent à l’audience.

Me Ghelber est ensuite embarqué dans un véhicule avec Jean Labatut un de ses compatriotes, décédé depuis. Évoquant la « situation mortifère » de la filière cacao, l’expert croit alors à « une liquidation ».

« C’était six mois après la disparition du journaliste Guy-André Kieffer, qui enquêtait sur des malversations de la filière cacao, réorganisée pour détourner l’argent au profit du régime », dit-il. Le corps du journaliste, disparu sur un parking d’Abidjan alors qu’il avait rendez-vous avec le beau-frère de Simone Gbagbo, l’épouse de l’ex-président ivoirien, n’a jamais été retrouvé. Après une brève halte, les deux hommes seront conduits à la résidence présidentielle. « J’ai alors compris que notre enlèvement n’était pas lié au cacao mais peut-être à ces rumeurs d’attentat contre le président », explique l’avocat à l’AFP.

Il faut noter que le 6 Novembre soit un jour plus tôt avait eu lieu les événements de Bouaké où des soldats français avaient trouvé la mort à la suite d’un bombardement. Les militaires français avaient riposté en bombardant la flotte aérienne ivoirienne. Cela avait engendré une grosse vague d’émeutes des jeunes patriotes pro-Gbagbo.

Publicité 2


« Vers 15h00, les patriotes (les por-Gbagbo, ndlr) appellent à la mobilisation antifrançaise, le lycée français est en feu, les Blancs affluent vers l’hôtel Ivoire, un des points de ralliement en cas d’évacuation », se rappelle-t-il.

Depuis la présidence, relate Xavier Ghelber, les deux Français sont conduits au quartier général de la gendarmerie. Au lever du jour, des officiers de gendarmerie viennent prendre leurs noms ; ils passent alors « du statut d’otages à celui de victimes ». « On a été conduit dans un hôtel, où les militaires français nous ont récupérés deux jours plus tard. » apprend -il

L’ adjudant Charles-Olivier Rabet affirme pour sa défense n’avoir obéit qu’aux ordres qui étaient d’accompagner son supérieur le lieutenant Kouassi (également prévenu) pour une ronde ». Il nie avoir « jamais menacé » l’avocat.

Tags

Hippolyte YEO

Hello, Je suis Pharel Hippolyte YEO, passionné d'High-Tech et de culture. Sur AfrikMag, je vous donne des news fraiches concernant les innovations technologiques en Afrique, le Showbiz africain et la vie de la diaspora africaine. hyeo@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer