Burkina FasoCôte d'Ivoire

Abidjan-Ouagadougou: La ligne ferrée bientôt renovée

Après deux ans de retard, les chantiers de rénovation de la ligne ferroviaire qui relie Abidjan à Ouagadougou vont démarrer le 15 septembre 2017.

L’information a été donnée par la filiale du groupe Bolloré, la compagnie Sitarail qui exploite le réseau ferroviaire de la Côte d’Ivoire.

Ce vaste chantier de réhabilitation qui doit durer cinq ans, aurait dû débuter le 9 septembre 2015. Mais, des contingences diverses dont une période de relations agitées entre les deux pays, ont rallongé le temps d’attente.

Publicité

Avec le renouement des relations entre les deux pays depuis la première visite officielle du nouveau Président burkinabé, Roch Kaboré, à Yamoussoukro, en 2016, à l’occasion du 5è sommet du Tac, le projet de rénovation de la boucle ferroviaire Abidjan Ouaga-Kaya est enfin sorti des nimbes. «Les travaux vont effectivement démarrer dès le 15 septembre, les commandes de nouveaux matériels également, des nouvelles locomotives (…). Ca va aller très rapidement», a ainsi déclaré le PDG de Bolloré Railways, Eric Melet, après la signature d’un nouvel accord entre les différentes parties prenantes: la société Sitarail, appartenant au groupe Bolloré, et les gouvernements burkinabè et ivoirien, rapporte le quotidien ivoirien Fraternité Matin

Ce tronçon ferroviaire entre Abidjan et Ouagadougou-Kaya est un véritable cordon ombilical pour l’import-export entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso, pays sahélien enclavé en Afrique de l’Ouest.

«La croissance économique est dynamique entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire et il y a beaucoup de matériels qui doivent être transportés sur le chemin de fer», a souligné M.Melet.

Par cette voie ferrée longue de 1 260 km, le Burkina Faso exporte du coton et du manganèse vers Abidjan et importe du pétrole, du ciment, des engrais ainsi que d’autres marchandises à Kaya, dans la région du Centre-Nord. Pour les industriels de ces deux pays, le train présente aussi l’avantage d’être le moyen de transport le moins coûteux, relate notre confrère de l’Agence France Presse.

COÛT DU PROJET : 262 MILLIARDS DE FRANCS CFA

«L’aboutissement des négociations avec le groupe Bolloré pour la réhabilitation du chemin de fer va permettre la réalisation du projet, d’un montant total de 400 millions d’euros, soit 262 milliards de francs CFA», a indiqué le ministre burkinabè des Affaires étrangères, Alpha Barry. La concession de l’exploitation et la réhabilitation du chemin de fer Abidjan-Ouagadougou, avec son prolongement jusqu’à Tambao, avait été confiée aux groupes Panafrican Minerals et Bolloré en 2014.

Publicité 2


«La croissance économique est dynamique entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire et il y a beaucoup de matériel qui doit être transporté par le chemin de fer», a souligné M. Melet. Le prolongement de la ligne jusqu’à la ville minière de Kaya, à 100 km au nord de Ouagadougou, va «permettre dans les quatre ans à venir de transporter un million de tonnes de minerais», a-t-il estimé.

Le transport ferroviaire du minerai est le seul moyen de rentabiliser des investissements colossaux, avec notamment la mine de manganèse de Tambao, au Burkina, expliquait Le Monde, en septembre 2015. «Cette année-là, 200 000 personnes et 900 000 tonnes de marchandises, dont du bétail, avaient transité par cette voie de chemin de fer».

Source: Fraternité Matin

Tags

Hippolyte YEO

Hello, Je suis Pharel Hippolyte YEO, passionné d'High-Tech et de culture. Sur AfrikMag, je vous donne des news fraiches concernant les innovations technologiques en Afrique, le Showbiz africain et la vie de la diaspora africaine. hyeo@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer