USA
A la Une

Abou Hamza : l’imam radical pourrit dans une prison aux États-Unis et « perd ses dents »

L’imam radical Abou Hamza purge une peine de prison à vie pour terrorisme dans une prison Supermax américaine surnommée « Hellcatraz » – mais il affirme maintenant que des problèmes de santé devraient obliger les autorités à le transférer au Royaume-Uni.

Abou Hamza a déclaré qu’il est en train de perdre ses dents en prison  alors que ses efforts pour se faire transférer au Royaume-Uni ne semblent pas porter fruits.

Publicité

Ancien imam de la mosquée de Finsbury Park à Londres, Hamza, 63 ans, purge une peine de prison à vie pour des délits de terrorisme dans la prison surnommée Hellcatraz. Mais il veut échanger sa cellule de 2 mètres sur 3 contre une autre en Grande-Bretagne.

Abou Hamza : l’imam radical pourrit dans une prison aux États-Unis et « perd ses dents »

Il affirme que ses dents tombent et qu’il souffre d’une série d’infections et a besoin d’un traitement médical urgent.

Il reproche à son équipe juridique de n’avoir pas  fait assez pour lever ses objections et obtenir son retour au Royaume-Uni afin d’obtenir l’aide médicale dont il prétend avoir besoin.

Dans une plainte de 128 pages, Abou Hamza a déclaré que les autorités américaines ne lui avaient pas fourni d’installations adaptées aux handicapés en prison, comme promis au gouvernement britannique.

Dans une déclaration, la famille d’Hamza s’est lamentée : « Les Américains le laissent là pourrir comme de la viande morte. Ils ne le soignent pas. Ils ne se soucient pas de lui. Les autorités veulent qu’il meure en prison, c’est pourquoi elles ne s’occupent pas de ses problèmes. Ils espèrent qu’en agissant ainsi, il attrapera une maladie qui causera sa mort. »

Abou Hamza : l’imam radical pourrit dans une prison aux États-Unis et « perd ses dents »

Le mois dernier, Hamza a déclaré qu’il devenait aveugle ajoutant qu’il a besoin d’un traitement oculaire au laser, car l’exposition continue à une lumière tamisée a endommagé sa vision.

Crédit photo: thetelegraph

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page